Les banques occidentales ont supprimé 59.000 postes en 2014

lundi 30 mars 2015 12h11
 

par Steve Slater

LONDRES (Reuters) - Les plus grandes banques européennes et américaines ont supprimé 59.000 postes en 2014 dans le cadre de programmes de restructuration et de réduction des coûts, et la baisse des effectifs devrait se poursuivre cette année en Europe, où le secteur est moins rentable qu'ailleurs.

Sous le double coup d'un ralentissement économique intervenu en 2013 et de la mise en place d'une régulation plus contraignante, les grands établissements de crédit ont mis l'accent sur leur rentabilité, ce qui s'est notamment traduit par des cessions ou des fermetures d'activité.

"Les vis continueront d'être serrées en termes d'effectifs", estime, surtout en référence aux banques de la zone euro, Aymen Saleh, directeur général des bureaux de Londres du Boston Consulting Group (BCG).

"Une poignée de banques mondiales ont vraiment fait l'effort d'envisager des réformes structurelles et ont sensiblement réduit leur base de coûts", ajoute-t-il. "Mais la majorité d'entre elles se sont serré la ceinture pour faire baisser des coûts sans vraiment modifier ni la manière dont elles fonctionnent ni leur modèle d'entreprise."

Les 18 plus grandes banques européennes ont supprimé 21.500 postes l'an dernier, après 56.100 suppressions en 2013, selon des données établies par Reuters. Les six plus grosses banques américaines ont procédé à 37.500 suppressions de postes en 2014 après 45.700 l'année d'avant.

Au total, ces 24 banques ont supprimé plus de 160.000 postes au cours des années 2013-2014. Les six banques américaines ont réduit leurs effectifs de 7,3% sur la période et les 18 banques européennes de 4,1%.

DEUXIÈME VAGUE   Suite...

 
Les plus grandes banques européennes et américaines ont supprimé 59.000 postes en 2014 dans le cadre de programmes de restructuration et de réduction des coûts, et la baisse des effectifs devrait se poursuivre cette année en Europe, où le secteur est moins rentable qu'ailleurs. /Photo d'archives/REUTERS/John Kolesidis