PSA a choisi Trémery pour ses moteurs par pragmatisme

vendredi 27 mars 2015 08h12
 

par Gilles Guillaume et Laurence Frost

PARIS (Reuters) - PSA Peugeot Citroën a choisi l'usine de Trémery, en Moselle, pour accueillir une capacité supplémentaire de production de moteurs essence au lieu d'un site espagnol parce que l'équation économique a penché en faveur de la France, a déclaré Yann Vincent, directeur industriel du constructeur, dans une interview à Reuters.

Trémery, spécialisé dans les motorisations, était en compétition avec l'usine de Vigo, qui n'assemble aujourd'hui que des voitures, pour accueillir une chaîne fabriquant jusqu'à 200.000 moteurs trois cylindres essence turbo par an. Ceux-ci équipent un nombre croissant de véhicules du groupe dans le cadre d'une stratégie désormais classique dans l'automobile, visant à réduire les cylindrées.

"Nous avons comparé le coût de transformation d'une ligne existante (...) avec une situation qui consistait à investir ex-nihilo à Vigo", a expliqué Yann Vincent. "Nous sommes arrivés à la conclusion que le coût de l'investissement d'une nouvelle ligne était supérieur au coût d'une flexibilisation d'une ligne existante."

PSA produit toujours en France tous ses moteurs destinés à l'Europe, contrairement à Renault qui compte, à côté de son grand site français de Cléon, une production de motorisations en Roumanie, en Espagne et en Turquie.

Selon Yann Vincent, l'avantage compétitif des coûts salariaux espagnols était compensé par la facture de transport, Vigo étant plus éloigné que Trémery des lieux de production de pièces d'Europe de l'Est. Quant aux aides publiques, les deux pays ont fait match nul.

"Nous sommes contents parce que c'est en France, mais je dirais que ce qui nous a motivé, c'est la performance économique qui est meilleure. L'approche est une approche pragmatique, elle n'est pas (tirée) par des considérations idéologiques ou par des éléments de concept", a ajouté le directeur industriel de PSA.

L'annonce du choix, scellé jeudi soir lors d'un comité exécutif au siège du groupe, va rencontrer néanmoins un large écho politique. La nouvelle devrait être saluée vendredi matin par le président de la République, en déplacement dans l'Est de la France à l'avant-veille du second tour des élections départementales.

L'Etat est co-actionnaire de PSA, à parité avec le chinois Dongfeng et la famille Peugeot. François Hollande devrait être accueilli à Trémery par Carlos Tavares.   Suite...

 
Dans une interview à Reuters, Yann Vincent, directeur industriel de PSA, explique que le constructeur a choisi l'usine de Trémery, en Moselle, pour accueillir une capacité supplémentaire de production de moteurs essence au lieu d'un site espagnol parce que l'équation économique a penché en faveur de la France.  /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau