Airbus poursuit son désengagement de Dassault Aviation

mercredi 25 mars 2015 22h24
 

PARIS (Reuters) - Airbus Group a annoncé mercredi soir avoir cédé un bloc de quelque 1,61 million d'actions qu'il détenait dans Dassault Aviation, représentant environ 17,5% du capital du fabricant de l'avion Rafale, pour un montant de 1,64 milliard d'euros.

La maison-mère de l'avionneur européen Airbus poursuit ainsi comme prévu son désengagement du groupe français après avoir déjà cédé 8% du capital en novembre dernier.

A l'époque, le spécialiste de la défense et de l'aéronautique avait annoncé son intention de céder un bloc supplémentaire au premier semestre de 2015 qu'il quantifiait alors à 10%.

"Cette opération fructueuse est un pas de plus dans la mise en oeuvre de la stratégie et la revue de portefeuille du groupe", indique Marwan Lahoud, directeur général délégué à la stratégie et au marketing d’Airbus Group, cité dans un communiqué.

"La forte demande exprimée par les investisseurs montre clairement la qualité sous-jacente des activités de Dassault Aviation, dont le capital flottant aura été sensiblement augmenté grâce à cette opération", poursuit le dirigeant.

Prévoyant dans la matinée de vendre 1,38 million d'actions, soit 15% du capital, le groupe a ensuite précisé dans une nouvelle communication en début d'après-midi son intention de porter son offre à 1,61 million de titres.

Au terme de l'opération, la participation d'Airbus Group dans Dassault Aviation, qui s'établit actuellement à 42%, sera ramenée à 24,6% du capital.

A Paris, l'action d'Airbus Group a clôturé à 58,89 euros (-2,35%).

Suspendu de cotation, le titre Dassault Aviation, dont la cotation reprendra jeudi matin à 9h00, affichait mardi soir un cours de clôture de 1.240 euros, valorisant ce dernier à 47,2 milliards d'euros.   Suite...

 
Airbus Group a cédé un bloc de quelque 1,61 million d'actions qu'il détient dans Dassault Aviation, représentant environ 17,5% du capital du fabricant de l'avion Rafale, pour un montant de 1,64 milliard d'euros. /Photo d'archives/REUTERS/Benoît Tessier