Hermès ne rééquilibrera pas ses prix entre l'Europe et l'Asie

mercredi 25 mars 2015 21h47
 

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Hermès International a averti mercredi que les effets de change auraient encore un impact négatif sur sa marge opérationnelle en 2015 et indiqué qu'il ne rééquilibrerait pas ses prix entre l'Europe et la Chine afin de préserver sa clientèle européenne.

Le sellier, qui a signé des résultats annuels en forte hausse, comptant parmi les meilleures performances du luxe, a vu sa marge opérationnelle 2014 reculer sous l'effet de ses couvertures de change sur le yen.

Pour 2015, son gérant Axel Dumas a fait savoir qu'avec des couvertures réalisées avec un an d'avance, "les effets dilutifs de la baisse de l'euro seront d'environ 0,5 point" sur la rentabilité opérationnelle.

Dans un secteur aux prises avec la chute des flux touristiques à Hong Kong, le ralentissement du marché chinois ou l'effondrement du tourisme russe, Hermès a confirmé sa prévision d'une croissance organique limitée à 8% en 2015.

La croissance organique du secteur, après avoir ralenti à 5% en moyenne en 2014, devrait accélérer la cadence et atteindre 7% cette année, selon les estimations des analystes de HSBC.

Axel Dumas a dit prévoir une "bonne année" pour la division cuir, de solides performances au Japon et aux Etats-Unis et des difficultés "durables" à Hong Kong et Macao.

Il a également indiqué ne pas attendre d'amélioration du marché de l'horlogerie en Chine, alors que le groupe réorganise sa division montres qui a vu ses ventes chuter de 10% en 2014.

Très attendu sur sa stratégie de prix après la récente annonce de l'harmonisation de ses tarifs par Chanel, Hermès a reconnu que la volatilité des devises posait des problèmes de positionnement mais qu'il entendait protéger et développer sa clientèle européenne.   Suite...

 
Boutique Hermès en Inde. Hermès International, qui prévoit que les effets de change auront encore un impact négatif sur sa marge opérationnelle en 2015, ne compte pas rééquilibrer ses prix entre l'Europe et la Chine afin de préserver sa clientèle européenne. /Photo d'archives/REUTERS/Danish Siddiqui