Sabadell met la main sur TSB et voit encore plus grand

vendredi 20 mars 2015 19h10
 

par Matt Scuffham et Jesús Aguado

LONDRES/MADRID (Reuters) - La banque espagnole Banco Sabadell n'exclut pas d'autres rachats en Grande-Bretagne après avoir annoncé vendredi une OPA amicale de 1,7 milliard de livres (2,35 milliards d'euros) sur TSB, une opération qui constitue l'une des plus grosses alliances bancaires transfrontalières depuis la crise financière de 2007-2009.

Sabadell, numéro cinq du secteur en Espagne, compte développer TSB pour en faire une concurrente sérieuse des quatre grandes banques britanniques que sont Barclays, HSBC, Royal Bank of Scotland et Lloyds, dont TSB a été scindé l'an dernier.

La banque espagnole Santander est devenue la principale concurrente des "Big Four" britanniques après avoir racheté Abbey National en 2004.

Josep Oliu, président de Sabadell, a déclaré à Londres que son groupe s'intéressait à la Grande-Bretagne en raison de son dynamisme économique et de la bonne rentabilité du secteur.

"Le secteur financier au Royaume-Uni affiche de marges acceptables, similaires à celles que nous connaissons en Espagne et plus élevées que celles observées dans d'autres pays", a-t-il ajouté.

"Nous pensons que TSB a un énorme potentiel sur le marché britannique et nous pouvons l'aider à mettre en oeuvre ses projets de croissance avec beaucoup plus de réussite que si elle devait le faire par elle-même."

S'exprimant à Barcelone, Jaime Guardiola, directeur général de Sabadell, a estimé que la concentration n'était peut-être pas terminée parmi les concurrents des "Big Four".

"Nous allons installer notre première base mais il est clair qu'il y a de la marge pour une consolidation. Nous sommes en mesure de croître", a-t-il dit.   Suite...

 
Le directeur général de Sabadell Jaume Guardiola. La banque britannique TSB recommande l'OPA de 1,7 milliard de livres (2,35 milliards d'euros) de son homologue espagnole, opération représentant l'une des plus grosses alliances bancaires transfrontalières depuis la crise financière de 2007-2009. /Photo prise le 20 mars 2015/REUTERS/Albert Gea