CRH part du principe que la fusion Lafarge-Holcim se fera

jeudi 19 mars 2015 12h26
 

DUBLIN/PARIS (Reuters) - Le groupe irlandais CRH travaille toujours dans l'hypothèse que la fusion entre Lafarge et Holcim finira par se faire malgré le bras de fer engagé entre les deux cimentiers, a déclaré jeudi son directeur général.

Les actionnaires du groupe de matériaux de construction ont voté dans la matinée en faveur du rachat de 6,5 milliards d'euros d'actifs de Lafarge et d'Holcim, une opération conditionnée à la réussite d'un mariage que le français et le suisse tentent toujours de sauver.

"A l'heure où nous parlons, nous travaillons et avançons sur la base que le deal sera bouclé, que la fusion arrivera", a déclaré Albert Manifold à des journalistes en marge de l'assemblée générale de CRH.

Le directeur général de CRH a ajouté qu'il était en contact quotidien avec les deux groupes, dont la cession d'actifs doit notamment permettre d'obtenir les autorisations réglementaires à leur fusion, après le feu vert européen acquis sous conditions en décembre.

Il a également indiqué avoir parlé aux deux entreprises jeudi matin.

Albert Manifold a ajouté qu'il resterait intéressé par l'acquisition des actifs des deux groupes même si la fusion ne se faisait pas.

"Je me garderai de toute conjecture quant à savoir si ça se fera ou pas. Il y a des discussions en cours à Paris ou à Zurich aujourd'hui pour décider ce qu'ils feront dans les jours qui viennent", a-t-il dit.

La Commission européenne a fait savoir jeudi qu'elle déciderait d'ici le 27 avril si elle approuve ou pas l'opération CRH, qui doit donner naissance au numéro trois mondial des matériaux de construction.

Près d'un an après l'annonce du projet de "fusion entre égaux" entre Lafarge et Holcim, le groupe suisse a contesté dimanche la parité financière et le schéma de gouvernance conclu en avril 2014, notamment le choix de Bruno Lafont comme directeur général du futur LafargeHolcim.   Suite...

 
Le groupe irlandais CRH travaille toujours dans l'hypothèse que la fusion entre Lafarge et Holcim finira par se faire malgré le bras de fer engagé entre les deux cimentiers, selon son directeur général. Les actionnaires du groupe de matériaux de construction ont voté dans la matinée en faveur du rachat de 6,5 milliards d'euros d'actifs de Lafarge et d'Holcim, une opération conditionnée à la réussite d'un mariage que le français et le suisse. /Photo d'archives/REUTERS/Christian Hartmann