La retenue de la Fed donne un coup de fouet aux marchés

mercredi 18 mars 2015 23h29
 

par David Gaffen

WASHINGTON (Reuters) - En laissant entendre que la remontée de ses taux d'intérêt sera moins rapide que ce qu'anticipaient les investisseurs, la Réserve fédérale américaine a déclenché mercredi un mouvement d'euphorie sur les marchés d'actions et d'obligations.

Si elle a supprimé la référence à une attitude "patiente" dans son communiqué de politique monétaire, la Fed a aussi revu en baisse ses prévisions de croissance économique et d'évolution des taux au cours des prochaines années, suggérant que la conjoncture aux Etats-Unis était désormais en mode "Boucle d'or" ("Goldilocks" en anglais), c'est-à-dire ni trop rapide, ni trop lente.

Ce nouveau discours est plus en phase avec les anticipations du marché des futures de taux, sceptique depuis longtemps déjà sur l'éventualité d'une hausse de taux dès juin.

"Il y avait une déconnexion entre la Fed et les marchés mais désormais, la Fed s'est alignée un peu plus sur les marchés", a commenté John Derrick, directeur de la recherche d'U.S. Global Investors.

A Wall Street, l'indice Standard & Poor's 500 a fini la journée en hausse de 1,22% tandis que les rendements obligataires piquaient du nez, ramenant le rendement à dix ans à son plus bas niveau depuis près de trois semaines tandis que le rendement à deux ans, le plus sensible aux anticipations des marchés en matière de politique monétaire, subissait sa plus forte baisse depuis six ans.

La réaction des marchés tranche ainsi avec celle observée en 2013 lorsque Ben Bernanke, le président de la Fed à l'époque, avait surpris les investisseurs en indiquant que la banque centrale était prête à réduire progressivement son soutien à l'économie, un "tapering" alors mal reçu.

"DES TAUX BAS PLUS LONGTEMPS"   Suite...

 
En laissant entendre que la remontée de ses taux d'intérêt sera moins rapide que ce qu'anticipaient les investisseurs, la Réserve fédérale américaine a déclenché mercredi un mouvement d'euphorie sur les marchés d'actions et d'obligations. /Photo prise le 17 mars 2015/REUTERS/Brendan McDermid