Les actions françaises séduisent de nouveau, grâce aux réformes

mercredi 18 mars 2015 17h59
 

par Alistair Smout et Blaise Robinson

LONDRES/PARIS (Reuters) - Les investisseurs internationaux saluent la volonté de la France d'engager enfin des réformes en renforçant leurs avoirs en actions françaises, même s'ils pensent que l'essentiel reste à accomplir pour moderniser en profondeur le pays.

La Bourse française s'est révélée l'une des moins attrayantes en Europe ces dernières années, mais elle surperforme certaines de ses homologues de la zone euro depuis le passage en force du gouvernement le mois dernier pour faire adopter la loi Macron sur la croissance et l'activité.

"La réaction des investisseurs internationaux aux signes d'un changement de ton du gouvernement et au fait que les réformes commencent à être appliquées en France est importante", observe Paras Anand, chef de l'équipe marchés européens du fonds Fidelity Worldwide Investment.

"Il y a seulement un an, on avait l'impression que le gouvernement n'était pas vraiment emballé par des projets de réformes favorables à l'entreprise et à la compétitivité. On dirait que les temps ont changé."

Selon une enquête de Bank of America/Merrill Lynch publiée mardi, les investisseurs prévoient de surpondérer de 13% les actions françaises au cours des 12 prochains mois alors que le mois précédent ils prévoyaient encore de "sous-pondérer" la France dans le cadre de leurs stratégies d'investissement.

"Nous sommes maintenant optimistes, plus que nous ne l'avons jamais été sous la présidence Hollande. Avant, nous n'avions aucune raison de l'être", souligne Frédérique Cartier, gérante actions européennes chez RBC Wealth Management.

"Nous attendons bien sûr plus de réformes, mais nous observons des sociétés dont les valorisations sont attractives sur ce marché".

Au cours des dernières années, les investisseurs avaient plutôt tendance à privilégier l'Allemagne ou la périphérie de la zone euro.   Suite...

 
Les investisseurs internationaux saluent la volonté de la France d'engager enfin des réformes en renforçant leurs avoirs en actions françaises, même s'ils pensent que l'essentiel reste à accomplir pour moderniser en profondeur le pays. /Photo d'archives/REUTERS/John Schults