Rebond généralisé à Wall Street, Intel freine le Nasdaq

jeudi 12 mars 2015 21h36
 

par Ryan Vlastelica

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a connu jeudi un rebond généralisé après deux séances de baisse, aidée par le repli du dollar et la bonne tenue des valeurs bancaires alors que les technologiques sont restées à la traîne après une révision à la baisse des prévisions de chiffre d'affaires d'Intel.

L'indice Dow Jones des 30 grandes valeurs a pris 259,83 points ou 1,47% à 17.895,22 points et le Standard & Poor's 500 a gagné 25,71 points (1,26%) à 2.065,95 points. Le Nasdaq Composite, à forte pondération technologique, a limité son avance à 43,35 points ou 0,89% à 4.893,29 points.

Le S&P-500, baromètre des gérants américains, avait reculé sur huit des 11 dernières séances dans la crainte d'une hausse des taux de la Réserve fédérale dès juin prochain, un sentiment conforté par les chiffres vigoureux de l'emploi publiés vendredi dernier.

Les données hebdomadaires des inscriptions au chômage, publiées chaque jeudi, ont confirmé l'amélioration du marché du travail mais les ventes au détail de février, en baisse pour le troisième mois consécutif alors qu'un rebond était attendu, laissent l'espoir que la Fed continuera de se montrer patiente.

Le dollar a du coup cédé du terrain après avoir touché pendant la nuit un plus haut de 12 ans face à l'euro, dans des échanges nerveux à une semaine de la prochaine réunion monétaire de la Fed.

"Je pense depuis un moment que la hausse de taux sera pour juin mais la probabilité a vraiment augmenté depuis vendredi dernier. La volatilité qu'on observe depuis n'est pas surprenante", relève James Liu, stratège chez JPMorgan Funds à Chicago.

Neuf des dix grands indices sectoriels S&P ont fini en hausse, menés par le secteur financier qui a gagné 2,19% au lendemain des résultats des tests de résistance annuels auxquels la Réserve fédérale soumet les grandes banques. Citigroup, qui a cette fois obtenu l'autorisation d'augmenter la rémunération de ses actionnaires après en avoir été empêché deux fois en trois ans, a notamment pris 3,34%.

  Suite...

 
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS