La Bundesbank les critiques grecques sur la BCE

jeudi 12 mars 2015 18h11
 

par Paul Carrel et Maria Sheahan

FRANCFORT (Reuters) - Jens Weidmann, le président de la Bundesbank allemande, a appelé jeudi les gouvernements de la zone euro à prendre leurs responsabilités en décidant s'ils souhaitent ou non couvrir les besoins de financement de la Grèce, jugeant que cette décision relevait "moins que jamais" des banques centrales.

Rejetant les critiques formulées la veille par le ministre grec des Finances sur la Banque centrale européenne, le président de la Buba a jugé que la Grèce avait perdu une bonne partie de la confiance qu'on lui accordait et qu'il ne voyait pas le pays regagner l'accès au marché des capitaux d'ici le début du second semestre.

La BCE mène une politique "asphyxiante" à l'égard de la Grèce dans le but de contraindre son gouvernement et ses créanciers à parvenir à un accord sur sa dette, a déclaré jeudi Yanis Varoufakis.

"Ce n'est pas à cause de la BCE que le gouvernement grec n'a pas accès aux marchés", a dit Jens Weidmann en réponse à une question de Reuters, lors de la présentation des résultats annuels de la Buba.

Le ministre des Finances allemand Wolfgang Schäuble avait auparavant déclaré à Reuters que c'était "absurde" de laisser entendre qu'il avait insulté Yanis Varoufakis en utilisant le terme de "bêtement naïf".

LE SORT DE LA GRÈCE AUX MAINS DES POLITIQUES

Pour Jens Weidmann, il appartient aux gouvernements et aux parlements de la zone euro de décider d'une éventuelle aide supplémentaire à Athènes.   Suite...

 
Jens Weidmann, le président de la Bundesbank allemande, a appelé jeudi les gouvernements de la zone euro à prendre leurs responsabilités en décidant s'ils souhaitent ou non couvrir les besoins de financement de la Grèce, jugeant que cette décision relevait "moins que jamais" des banques centrales. /Photo prise le 12 mars 2015/REUTERS/Ralph Orlowski