Amendes de 192,7 millions d'euros pour entente dans le yaourt

jeudi 12 mars 2015 17h27
 

PARIS (Reuters) - L'Autorité de la concurrence a infligé jeudi un montant total de 192,7 millions d'euros d'amendes à dix producteurs de produits laitiers frais pour s'être entendus sur les prix des produits vendus sous marques de distributeurs entre 2006 et 2012.

"L'Autorité de la concurrence rend publique aujourd'hui une décision par laquelle elle condamne pour entente les producteurs Yoplait, Senagral (Senoble), Lactalis, Novandie (groupe Andros), Les Maîtres Laitiers du Cotentin, Laïta, Alsace Lait, Laiterie de Saint Malo, Yeo Frais (groupe 3A) et Laiteries H. Triballat (Rians)", a indiqué l'autorité dans un communiqué.

Elle précise que Yoplait (General Mills), qui a révélé l'existence du cartel, a été exonéré d'une amende de 44,7 millions d'euros, tandis que Senagral, deuxième à donner l'alerte, a vu la sienne réduite à 46 millions d'euros, contre un montant initial prévu de 101,3 millions.

D'autres amendes ont été ajustées pour tenir compte du degré d'implication, de la taille et de la solidité économique des sociétés impliquées.

Le groupe Lactalis a indiqué qu'il ne contestait pas les griefs notifiés mais qu'il entendait faire appel d'une décision jugée trop sévère.

"(Nous regrettons) que l'analyse de l’Autorité de la concurrence l'ait amenée, par décision de ce jour, à prononcer des sanctions dont l'extrême sévérité témoigne de ce qu'elle n'a pas fait une juste appréciation du contexte économique et a surévalué de façon manifeste la gravité des faits et leur impact sur l'économie", a déclaré le groupe Lactalis dans un communiqué.

90% DU MARCHÉ

L'Autorité argue pour sa part que les sanctions sont proportionnées à la gravité des faits.   Suite...

 
L'Autorité de la concurrence a infligé jeudi un montant total de 192,7 millions d'euros d'amendes à dix producteurs de produits laitiers frais pour s'être entendus sur les prix des produits vendus sous marques de distributeurs entre 2006 et 2012. /Photo prise le 4 septembre 2014/REUTERS/Eric Vidal