Tidjane Thiam succède à Brady Dougan à la tête de Credit Suisse

mardi 10 mars 2015 16h03
 

par Joshua Franklin et Lisa Jucca

ZURICH (Reuters) - Credit Suisse a annoncé mardi l'arrivée à sa tête du Franco-Ivoirien Tidjane Thiam, actuel directeur général de Prudential, au moment où la banque suisse fait face à de lourdes amendes aux Etats-Unis et à un environnement réglementaire plus contraignant.

L'Américain Brady Dougan, directeur général de Credit Suisse depuis 2007, laissera sa place fin juin à l'ex-ministre ivoirien, qui dirige depuis 2009 le premier assureur britannique par la capitalisation boursière.

"Avec Tidjane Thiam, c'est un leader remarquable et respecté, au bénéfice d'une réussite impressionnante dans l’industrie globale des services financiers, qui reprendra la tête de notre banque" a déclaré le président de Credit Suisse, Urs Rohner, dans un communiqué.

L'expérience internationale de Thiam, en particulier dans les activités de gestion d'actifs et de gestion privée ainsi que le développement sur de nouveaux marchés, a été déterminante pour sa nomination, ajoute-t-il.

Des appels à la démission de Brady Dougan avaient suivi l'année dernière la conclusion par Credit Suisse d'un accord à plus de 2,5 milliards de dollars avec les autorités américaines.

La banque après avait plaidé coupable de complicité d'évasion fiscale pour des contribuables américains. Brady Dougan quitte la banque après y avoir passé 25 ans dont huit en tant que directeur général.

"C'est un moment idéal pour la banque comme pour moi de passer le témoin en tant que directeur général", dit-il dans le communiqué, ajoutant qu'il a "un très profond respect" pour son successeur.

Tidjane Thiam, qui en 2010 n'était pas parvenu à convaincre les actionnaires de Prudential du bien-fondé de son projet d'acquérir l'assureur asiatique AIA, a fait de l'Asie l'un des moteurs de la rentabilité de l'assureur britannique.   Suite...

 
Credit Suisse a nommé à sa tête le Franco-IvoirienTidjane Thiam, actuel directeur général de Prudential, un changement qui intervient au moment où la banque suisse fait face à de lourdes amendes aux Etats-Unis et à un environnement réglementaire plus contraignant. /Photo d'archives/REUTERS/Arnd Wiegmann