L'Eurogroupe dément discuter d'un 3e plan d'aide à la Grèce

lundi 2 mars 2015 23h15
 

BRUXELLES/ATHENES (Reuters) - Les ministres des Finances de la zone euro ne discutent pas d'un troisième plan d'aide pour la Grèce, a déclaré lundi la porte-parole du président de l'Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem.

La porte-parole réagissait à une déclaration du ministre espagnol de l'Economie, Luis de Guindos, qui a affirmé plus tôt dans la journée qu'un nouveau plan d'aide de 30 à 50 milliards d'euros assorti de conditions plus souples était en cours de discussion.

"Les ministres des Finances de la zone euro ne discutent pas d'un troisième plan d'aide", a affirmé Simone Boitelle.

Un peu plus tard, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a lui aussi démenti que des discussions aient été engagées à propos d'un troisième plan d'aide à Athènes.

"Aucune discussion n'est en cours à ce sujet", a-t-il dit à Reuters lundi soir, en marge d'une conférence à Berlin.

S'exprimant depuis Athènes, le ministre des Finances grec Yanis Varoufakis a dit pour sa part qu'il était certain que l'Etat rembourserait ce mois-ci au Fonds monétaire international (FMI) un prêt de 1,5 milliard d'euros.

"Nous sommes persuadés que les remboursements seront pleinement honorés, surtout ceux au FMI, et qu'il y aura de la liquidité pour nous mener jusqu'à la fin de la période de quatre mois", a-t-il déclaré à la télévision grecque.

Athènes a passé en février avec la zone euro un accord de prolongation de quatre mois de l'aide financière internationale mais commence à être à court de possibilités pour se financer.

Confronté à une chute de ses recettes, l'Etat grec, pense-t-on, risque de se retrouver à court d'argent à la fin du mois, voire avant.

(Jan Strupczewski et Karolina Tagaris, Tangi Salaün et Eric Faye pour le service français)

 
Les ministres des Finances de la zone euro ne discutent pas d'un troisième plan d'aide pour la Grèce, a déclaré lundi la porte-parole du président de l'Eurogroupe. Il réagissait à une déclaration du ministre espagnol de l'Economie, Luis de Guindos, qui a affirmé plus tôt dans la journée qu'un nouveau plan d'aide de 30 à 50 milliards d'euros assorti de conditions plus souples était en cours de discussion. /Photo prise le 1er mars 2015/REUTERS/Alkis Konstantinidis