Croissance manufacturière stable en zone euro, sauf en France

lundi 2 mars 2015 11h01
 

PARIS/LONDRES/BERLIN(Reuters) - La croissance du secteur manufacturier dans l'ensemble de la zone euro est restée stable en février, à son plus haut niveau depuis six mois, la faiblesse de l'euro favorisant les commandes à l'export et l'augmentation des effectifs, montrent lundi les résultats définitifs de l'enquête mensuelle de Markit auprès des directeurs d'achats.

L'indice PMI du secteur est demeuré inchangé à 51,0, très légèrement en dessous de l'estimation de 51,1 publiée le 20 février.

Le sous-indice de la production, qui entre dans le calcul de l'indice PMI composite attendu mercredi, est lui resté stable à 52,1.

Celui des nouvelles commandes à l'export a lui atteint son plus haut niveau depuis juillet 51,8 et celui de l'emploi son plus haut niveau depuis avril de l'an dernier.

"Le secteur manufacturier de la zone euro a à peine progressé en février, illustrant le malaise qui continue de peser sur l'économie industrielle de la région dans son ensemble", a commenté Chris Williamson, économiste en chef de Markit.

"Toutefois, au-delà du chiffre principal décevant, plusieurs domaines de l'économie manufacturière évoluent clairement à des vitesses différentes, du boom (en Irlande) à la déprime (en France)."

En Allemagne, la croissance du secteur manufacturier s'est accentuée en février grâce à une forte hausse des nouvelles commandes, montrent les résultats définitifs de Markit.

L'indice PMI manufacturier a atteint 51,1 contre 50,9 en janvier, dépassant la première estimation de 50,9 publiée le 20 février.

Les nouvelles commandes ont enregistré le mois dernier leur plus forte hausse en sept mois, précise l'enquête.   Suite...

 
Les résultats définitifs de l'enquête mensuelle de Markit auprès des directeurs d'achats montrent que la croissance du secteur manufacturier dans l'ensemble de la zone euro est restée stable en février, à son plus haut niveau depuis six mois, la faiblesse de l'euro favorisant les commandes à l'export et l'augmentation des effectifs. En France, l'activité dans le secteur manufacturier s'est contractée pour le dixième mois consécutif. /Photo d'archives/REUTERS/Ina Fassbender