La croissance du 4e trimestre revue en baisse à 2,2% aux USA

vendredi 27 février 2015 15h31
 

WASHINGTON (Reuters) - La croissance des Etats-Unis a ralenti plus qu'on ne le pensait au quatrième trimestre, la reconstitution des stocks des entreprises marquant le pas tandis que le déficit commercial se creusait, mais les fondamentaux économiques n'en restent pas moins solides.

Le PIB a crû de 2,2% en rythme annualisé contre 2,6% en première estimation le mois dernier, a annoncé le département du Commerce vendredi, après un rythme de croissance de 5% au troisième trimestre.

Le consensus donnait un taux de croissance révisé de 2,1% pour les trois derniers mois de 2014.

Les dépenses de consommation, qui ont augmenté à leur rythme le plus soutenu depuis le premier trimestre 2006, et la fermeté d'autres mesures de la demande intérieure laissent penser que ce coup de frein n'est que ponctuel.

La croissance des dépenses de consommation, qui représentent plus des deux tiers de l'activité économique aux Etats-Unis, a été révisée en baisse de 0,1 point à 4,2% mais elle se maintient à une cadence inédite depuis le premier trimestre 2006.

Un marché du travail dynamique et la baisse des prix à la pompe entretiendront sans doute la demande intérieure, permettant à l'économie américaine de résister à une conjoncture mondiale maussade.

L'investissement des entreprises a par ailleurs donné lieu à une révision à la baisse marquée, avec une croissance ramenée de 1,9% en première estimation à 0,9%.

Dans les faits, une accélération de la croissance au premier trimestre est prévisible puisque la hausse des commandes de biens durables a été plus marquée que prévu en janvier, après quatre mois consécutifs de baisse.

Les entreprises et les ménages ayant accru leurs dépenses au quatrième trimestre, la croissance des ventes finales a été revue en hausse, à 3,2% contre 2,8%.   Suite...

 
La croissance des Etats-Unis a ralenti plus qu'on ne le pensait au quatrième trimestre, la reconstitution des stocks des entreprises marquant le pas tandis que le déficit commercial se creusait, mais les fondamentaux économiques n'en restent pas moins solides. /Photo prise le 29 octobre 2014/REUTERS/Mike Blake