February 26, 2015 / 7:59 AM / 2 years ago

Bayer compte sur de nouveaux médicaments pour 2015

3 MINUTES DE LECTURE

Bayer, premier laboratoire allemand, anticipe une croissance de son bénéfice brut de plus de 10% cette année grâce à de nouveaux produits comme le Xarelto, un médicament de prévention des crises cardiaques. /Photo prise le 24 février 2015/Ina Fassbender

LEVERKUSEN, Allemagne (Reuters) - Bayer anticipe une croissance de son bénéfice brut de 10% à 15% cette année grâce à de nouveaux produits comme le Xarelto, un médicament de prévention des crises cardiaques.

L'inventeur de l'aspirine et des mousses de polyuréthane appuie cette prévision sur l'hypothèse d'un effet de change positif de 2% environ.

Le laboratoire bénéficie de la hausse du dollar en raison notamment du fait que l'Amérique du Nord représente près du quart de son chiffre d'affaires.

Les ventes de ses cinq médicaments récemment lancés les plus prometteurs, comme le Xarelto et le traitement oculaire Eylea, augmenteront à quatre milliards d'euros environ cette année contre 2,9 milliards en 2014.

Le premier laboratoire allemand a fait état d'un excédent brut d'exploitation (EBE, Ebitda) en hausse de 4,4% à 1,85 milliard d'euros au quatrième trimestre, en deçà du consensus des analystes qui le donnaient à 1,93 milliard, ce qui est la conséquence d'une baisse des résultats de la division plastiques et d'une hausse des coûts de recherche-développement.

Bayer projette par ailleurs un chiffre d'affaires "de l'ordre" de 46 milliards d'euros cette année contre 42,24 milliards en 2014. Le chiffre d'affaires trimestriel, à 11,04 milliards d'euros a dépassé un consensus le donnant à 10,61 milliards.

L'action est en hausse de 2,7% à la mi-journée à 130,7 euros, tandis que l'indice sectoriel européen ne gagne que 0,2% dans le même temps.

Alistair Campbell, analyste de Berenberg, juge les perspectives "solides", avec l'activité hygiène et santé grand public en retrait et la chimie qui va mieux que prévu.

Le bénéfice net s'est réduit de plus de moitié à 224 millions d'euros contre 479 millions attendus, grevé par les coûts d'emprunt liés à l'acquisition de la division hygiène et produits grand public de Merck a Co bouclée en octobre et par les charges financières liées aux provisions retraites.

Bayer a subi une charge exceptionnelle de 700 millions d'euros liée au coût de la cotation séparée de la division plastiques MaterialScience, prévue à la mi-2016 au plus tard, et à l'intégration de la division de Merck & Co dans ses médicaments délivrés sans ordonnance.

Le laboratoire allemand a dévoilé en septembre son intention d'introduire en Bourse ses plastiques pour se recentrer sur la santé humaine, animale et des végétaux. Les analystes de Citi évaluent la valeur de marché de la division, passif inclus, à 11-14 milliards d'euros.

Bayer a dit qu'il déciderait au second semestre s'il procèderait à l'IPO de MaterialScience ou s'il transfèrerait la division à ses actionnaires dans le cadre d'une scission.

Il a ajouté qu'il serait également susceptible d'étudier une offre intéressante pour cette division, tout en soulignant que la sécurité de l'emploi serait prise en compte.

Wilfrid Exbrayat pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below