La CE propose à Paris un report à 2017 d'un déficit sous les 3%

mercredi 25 février 2015 22h06
 

BRUXELLES (Reuters) - La Commission européenne a exigé mercredi davantage d'efforts de réduction du déficit public de la France, dont la situation sera réévaluée dans les prochains mois, tout en prônant de reporter à 2017 l'obligation de le ramener sous la limite de 3% du PIB.

"Il est évident que la France doit redoubler d'efforts, que ce soit au niveau des réformes budgétaires ou au niveau des réformes structurelles", a déclaré son vice-président, Valdis Dombrovskis, lors d'une conférence de presse.

Face à l'échec du pays à ramener comme prévu son déficit à la limite européenne de 3% fin 2015, "nous allons définir une nouvelle date butoir qui sera 2017", a-t-il ajouté, rappelant que les ministres des Finances de l'UE devaient l'accepter.

Cette nouvelle date est conforme à la trajectoire actuelle de finances publiques du gouvernement, qui prévoit un déficit public ramené à 2,8% du PIB fin 2017, soit après la prochaine élection présidentielle. La France avait déjà obtenu un délai de deux ans pour repousser cette obligation de 2013 à 2015.

Valdis Dombrovskis a ajouté que la Commission demandait à la France d'effectuer cette année un effort de redressement budgétaire équivalent à 0,5 point de PIB.

Comme le pays prévoit pour l'instant un effort de seulement 0,3 point, "la France doit fournir un effort structurel supplémentaire, à concurrence de 0,2% du PIB", a-t-il dit.

"Nous allons réévaluer la situation trois mois après que le Conseil aura adopté la recommandation de la Commission et en aura fait une recommandation du Conseil à la France", a poursuivi Valdis Dombrovskis.

"Nous verrons dans quelle mesure la France s'est pliée à cette nouvelle recommandation. Si c'est le cas, il n'y aura pas d'autres mesures, d'autres actions. Si ce n'est pas le cas, la procédure pour déficit excessif pourrait démarrer."

  Suite...

 
Le vice-président de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis. La CE a exigé mercredi davantage d'efforts de réduction du déficit public de la France, dont la situation sera réévaluée dans les prochains mois, tout en repoussant à 2017 l'obligation de le ramener sous la limite de 3% du PIB. /Photo prise le 25 février 2015/REUTERS/François Lenoir