25 février 2015 / 07:54 / il y a 3 ans

Safran table sur une poursuite de sa croissance en 2015

PARIS (Reuters) - Safran a annoncé mercredi tabler sur une poursuite de sa croissance en 2015 grâce à la dynamique de l‘aéronautique civile, et estime devoir verser 800 millions d‘euros à Airbus Group pour constituer leur coentreprise dans les lanceurs spatiaux.

Safran table sur une poursuite de sa croissance en 2015 grâce à la dynamique de l'aéronautique civile, et estime devoir verser 800 millions d'euros à Airbus Group pour constituer leur coentreprise dans les lanceurs spatiaux. /Photo d'archives/REUTERS/Gonzalo Fuentes

L‘équipementier spécialisé dans l‘aérospatiale, la défense et la sécurité table pour 2015 sur une hausse de son chiffre d‘affaires ajusté comprise entre 7% et 9% et sur une augmentation de son résultat opérationnel courant ajusté légèrement supérieure à 10%.

Cette prévision et les résultats annuels publiés par le groupe dopent l‘action Safran en Bourse à un plus haut de près de 15 ans.

Safran souligne dans un communiqué que ces prévisions ne tiennent notamment pas compte des effets potentiels en 2015 de la finalisation d‘Airbus Safran Launchers.

Le groupe devra verser 800 millions d‘euros à Airbus Group, probablement cette année, pour atteindre la participation de 50% dans la coentreprise lancée début décembre 2014, a précisé le PDG de Safran Jean-Paul Herteman lors d‘une conférence téléphonique.

“Nous y avons apporté nos actifs respectifs (...) Le poids des actifs d’Airbus dans ce domaine était au départ plus large que le nôtre, donc pour faire 50-50, il faut verser une compensation”, a-t-il expliqué.

MONTÉE EN PUISSANCE DU MOTEUR LEAP

Safran a réalisé en 2014 un chiffre d‘affaires de 15,355 milliards d‘euros, en hausse de 6,9%, un bénéfice opérationnel courant de 2,089 milliards (+17,4%), au-dessus de ses objectifs, ainsi qu‘un bénéfice net part du groupe de 1,248 milliard (+4,6%).

Les analystes attendaient en moyenne un chiffre d‘affaires de 15,313 milliards d‘euros, un bénéfice opérationnel (Ebit) de 1,897 milliard et un bénéfice net de 1,208 milliard, selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S.

Le groupe a notamment profité d‘un bond de 9,1% de son chiffre d‘affaires en première monte à la faveur de l‘augmentation des montées en cadence des récents long-courriers 787 de Boeing et A350 d‘Airbus.

La baisse des prix du carburant n‘entraîne pas de ralentissement des commandes d‘avions neufs, a souligné Jean-Paul Herteman.

Safran vise pour 2015 une croissance d‘environ 10% du chiffre d‘affaires des services pour moteurs civils, après une hausse de 11,3% en dollars en 2014 tirée par les premières révisions de moteurs CFM56, produits dans une coentreprise à parité avec General Electric, et de moteurs GE90.

Le groupe prévoit pour 2015 un cash flow libre compris entre 35% et 45% de son résultat opérationnel courant ajusté, tout en signalant à nouveau des incertitudes sur l‘encaissement d‘acomptes et le rythme de paiement de plusieurs États clients. En 2014, la proportion a été de 35%.

“UNE PUBLICATION RASSURANTE”

Cet objectif prend en compte la baisse des dépenses de recherche et développement pour le moteur LEAP, successeur du CFM56, qui entre dans sa phase d‘industrialisation, a précisé le directeur financier Ross McInnes.

“C‘est une publication rassurante dans l‘ensemble avec des résultats 2014 légèrement meilleurs qu‘attendu et une perspective de croissance 2015 conforme aux espérances du marché”, constate un trader en poste à Paris.

A 10h26, l‘action Safran se négocie en hausse de 2,89% à 62,68 euros, après avoir atteint 62,91 euros, au plus haut depuis fin juin 2000. Au même moment, le CAC 40 recule de 0,12%.

Safran, dont l‘Etat détient 22%, propose le versement d‘un dividende de 1,20 euro au titre de 2014, contre 1,12 euro pour 2013.

Safran a annoncé lundi la nomination de Bernard Delpit au poste de directeur financier, pour succéder à Ross McInnes, qui prendra la présidence du conseil d‘administration à l‘issue de l‘assemblée générale du 23 avril, aux côtés de Philippe Petitcolin, qui deviendra directeur général.

Bernard Delpit, actuel directeur financier de Crédit Agricole S.A, s‘adjoint ainsi au tandem nommé dès le début décembre 2014 pour remplacer Jean-Paul Herteman, atteint par la limite d‘âge.

Avec Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below