Bouygues envisage un retour à la croissance en 2016

mercredi 25 février 2015 14h18
 

par Yann Le Guernigou

PARIS (Reuters) - Bouygues a réaffirmé mercredi que sa filiale télécoms, très courtisée, n'était pas à vendre, malgré une perte qui a pesé l'an passé sur les résultats du groupe diversifié et une sortie du rouge qui n'est pas attendue avant 2016.

Les comptes 2014 du groupe ont été marqués par un recul d'un tiers du bénéfice opérationnel courant dû également à la conjoncture difficile du marché de la construction en France, même si l'activité à l'international a permis d'en compenser l'impact sur le chiffre d'affaires.

"Nous sommes beaucoup courtisés, comme tous les opérateurs du monde", a déclaré devant la presse le PDG Martin Bouygues à propos de Bouygues Telecom.

"Mais il n'y a aucune négociation en cours (...) Le choix, c'est le 'stand alone', on a été très clairs là-dessus", a-t-il dit de l'ancienne machine à cash du groupe, aujourd'hui en pleine restructuration.

Bouygues s'attend à une année 2015 encore difficile du fait de l'environnement économique et de la guerre des prix dans la téléphonie en France, mais envisage un retour à la croissance de Bouygues Telecom comme de ses autres métiers en 2016.

Confiant dans sa prévision, le groupe a décidé de maintenir inchangé à 1,60 euro par action son dividende annuel qui, au cours de Bourse actuel, offre un rendement de près de 4,50%.

Le résultat net opérationnel courant 2014 s'est élevé à 888 millions d'euros, contre 1.319 millions un an plus tôt, alors que le chiffre d'affaires est resté quasi stable à 33,14 milliards d'euros.

Ces chiffres sont légèrement supérieurs aux attentes. Le consensus des analystes fourni par la société anticipait un résultat opérationnel courant de 855 millions d'euros et un chiffre d'affaires de 32,99 milliards.   Suite...

 
Bouygues annonce un bénéfice opérationnel courant en baisse à 888 millions d'euros en 2014, contre 1.319 millions un an plus tôt, pénalisé par un marché de la construction difficile en France et la guerre des prix dans les télécoms. /Photo prise le 24 février 2015/REUTERS/Gonzalo Fuentes