25 février 2015 / 06:24 / il y a 2 ans

Axa confiant pour ses objectifs 2015, augmente son dividende

Henri de Castries, PDG d'Axa. L'assureur annonce un bénéfice net en hausse de 12% en 2014 à 5,02 milliards d'euros, grâce notamment à la baisse de ses frais généraux. /Photo prise le 25 février 2015/Philippe Wojazer

PARIS (Reuters) - L'assureur français Axa, qui a confirmé ses objectifs financiers pour la fin de l'année, a agréablement surpris le marché mercredi en annonçant une hausse de son dividende au titre de 2014.

Le numéro deux de l'assurance en Europe, dont le bénéfice net a augmenté l'an dernier de 12%, a indiqué lors de la publication de ses résultats annuels qu'il verserait à ses actionnaires un dividende de 0,95 euro par action, en hausse de 17% par rapport à 2013.

Avec un taux de distribution de 45% de ses bénéfices, Axa se rapproche ainsi de son grand concurrent et premier assureur en Europe, l'allemand Allianz, dont le taux de distribution des bénéfices ("pay-out"), relevé l'an dernier à 50%, est considéré par le marché comme une référence.

Cette annonce a dopé l'action Axa, qui a renoué avec ses plus hauts de fin 2008. A 14h40, le titre gagne 3,2% à 22,125 euros et s'inscrit parmi les trois plus fortes hausses du CAC 40 (-0,2%).

"L'augmentation du pay-out montre, de notre point de vue, que le management est confiant dans le niveau de solvabilité et l'orientation future de l'activité", écrivent les analystes de RBC Capital dans une note de recherche.

Les analystes de la Société générale relèvent eux aussi que l'augmentation du dividende est "particulièrement élevée".

Lors d'une conférence de presse, Denis Duverne, le directeur général délégué d'Axa, a rappelé que le groupe s'était fixé comme objectif un taux de distribution entre 40% et 50%.

Depuis le début de l'année, le titre Axa gagne désormais un peu plus de 15% et surperforme le CAC 40 (+14% depuis début janvier) après avoir sous-performé l'indice parisien en 2014.

"Axa a eu une pauvre performance l'an dernier, que nous pensons être largement due aux inquiétudes du marché sur la sensibilité de ses activités américaines au taux d'intérêt", notent les analystes de la Socgen. "Les résultats d'aujourd'hui montrent que ces inquiétudes étaient totalement infondées, de notre point de vue."

PAS DE SCISSION DES FONCTIONS DE PDG

Pour l'exercice 2014, Axa a dégagé un bénéfice net de 5,02 milliards d'euros, tandis que ses revenus ont crû de 3% en données comparables, à 91,988 milliards d'euros, au-dessus des attentes.

Selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S, les analystes attendaient en moyenne un résultat net de 5,14 milliards d'euros pour un chiffre d'affaires de 90,72 milliards.

Dans le cadre de son plan stratégique à cinq ans, Axa s'est fixé pour objectif d'atteindre 1,9 milliard d'euros d'économies d'ici fin 2015. Sur l'exercice 2014, les économies se sont élevées à environ 300 millions d'euros.

"Nous sommes à 1,6 milliard sur 1,9 milliard. Donc nous sommes très confiants pour atteindre notre plan de 1,9 milliard à la fin de cette année", a déclaré le directeur financier Gérald Harlin lors d'une conférence téléphonique.

Axa, a-t-il ajouté, n'a pas bénéficié dans ses comptes de l'an dernier de l'impact de la baisse de l'euro face aux devises étrangères: "Le change, on en verra l'effet positif en 2015, et pas en 2014."

Le groupe, qui a également annoncé le lancement d'un fonds d'amorçage de 200 millions d'euros, a en outre indiqué qu'il entendait poursuivre sa politique d'acquisitions, principalement dans les pays émergents.

"Nous avons toujours dit que nous avions une volonté de croissance dans les pays à forte croissance, cela veut dire plutôt les pays émergents", a dit le directeur financier d'Axa en référence à l'Asie et l'Afrique.

"On poursuivra. Mais, ne l'oublions pas, c'est aussi la poursuite d'une croissance organique."

Alors que plusieurs grands groupes français ont ces derniers mois séparé les fonctions du président et de directeur général, à l'image de la Société générale, Axa a fait savoir qu'aucune dissociation des fonctions n'était pour le moment envisagée au sein du groupe.

"Pour l'instant, il n'y a pas de changement de gouvernance à l'ordre du jour", a déclaré Henri de Castries, le PDG d'Axa. "Il ne faut pas faire de dogmatisme en matière de gouvernance."

La Socgen, qui a décidé en début d'année de scinder les fonctions de président et de directeur général, a choisi pour sa présidence Lorenzo Bini Smaghi, un ancien de la Banque centrale européenne.

Edité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below