La Grèce crie victoire, la crise bancaire évitée

samedi 21 février 2015 18h06
 

par George Georgiopoulos et Karolina Tagaris

ATHENES/BRUXELLES (Reuters) - Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, s'est félicité samedi d'avoir mis fin à l'"austérité" en concluant avec le reste de la zone euro un accord sur la prolongation de l'aide financière, même s'il a dû en passer par d'importantes concessions pour éviter un effondrement du système bancaire.

Pour Athènes, le compromis trouvé vendredi à Bruxelles lors de la réunion de l'Eurogroupe permet d'apaiser les craintes de mesures de contrôle des capitaux, un possible prélude à une sortie de l'union monétaire. Mais une partie des Grecs doute de la réalité des progrès accomplis par le gouvernement.

Après trois semaines de discussions souvent houleuses, l'Eurogroupe a accouché vendredi soir d'un accord prévoyant, sous conditions, une prolongation de quatre mois de l'aide financière dont bénéficie la Grèce, afin d'éviter à cette dernière la cessation de paiement à brève échéance.

"Hier, nous avons franchi une étape décisive en abandonnant l'austérité, les plans de renflouement et la troïka", a déclaré samedi Alexis Tsipras lors d'une allocution télévisée.

"Nous avons gagné une bataille, pas la guerre. Les difficultés, les véritables difficultés (...) sont devant nous", a-t-il ajouté.

Le chef de file du parti de gauche Syriza est assuré d'un large soutien au sein de son électorat, qui lui sait gré d'avoir joué la fermeté face à la "troïka" et à l'Allemagne. Pour autant, il ne peut ignorer qu'une partie des Grecs continuent de craindre une rechute dans la crise.

UN MILLIARD D'EUROS RETIRÉS DES BANQUES VENDREDI   Suite...

 
Lors d'une manifestation contre l'austérité devant le Parlement à Athènes, le week-end dernier. Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a déclaré samedi que l'accord conclu la veille à Bruxelles sur une prolongation sous conditions de l'aide financière à Athènes revenait à annuler les engagements pris par les gouvernements précédents en matière d'austérité. /Photo prise le 15 février 2015/REUTERS/Alkis Konstantinidis