Un sommet de plus peut-être pour régler le dossier grec

vendredi 20 février 2015 13h32
 

par Jan Strupczewski et George Georgiopoulos

ATHENES (Reuters) - Les ministres des Finances de la zone euro tenteront encore ce vendredi de parvenir à un compromis avec la Grèce sur la situation de sa dette mais il faudra peut-être un sommet d'urgence dans la semaine à venir, Athènes et Berlin semblant camper sur leurs positions même si leurs discours respectifs semblent s'être quelque peu adoucis.

Un haut fonctionnaire grec a dit que les deux parties avaient bien progressé et qu'Athènes voulait sceller un accord ce vendredi, sans pour autant céder à la pression de ses partenaires de la zone euro. "Nous avons couvert les quatre cinquièmes de la distance; ils doivent aussi couvrir un cinquième", a dit le haut fonctionnaire.

Jeroen Dijsselbloem, le président de l'Eurogroupe, a annoncé que le début de la réunion était repoussé d'une heure et demie à 15h30 GMT.

La Grèce a présenté jeudi à ses homologues de la zone euro une demande officielle de prolongation de six mois de l'accord d'aide financière mais Berlin y voyait un "cheval de Troie" destiné à lui épargner de respecter ses engagements, notamment en matière de réformes, selon un document préparé en vue de la réunion.

Une expression que n'a pas reprise à son compte la chancellerie ce vendredi, adoptant un ton plus conciliant que le ministre des Finances Wolfgang Schäuble, dont elle a cependant reconnu l'"excellent travail".

"La lettre du ministre des Finances grec montre clairement que la Grèce reste intéressée par un soutien de l'Union européenne", a observé Christiane Wirtz, porte-parole de la chancelière Angela Merkel. "La lettre est un bon signal qui nous autorise à poursuivre la négociation".

L'aide internationale sous supervision de la "troïka" (Union européenne, Fonds monétaire international, Banque centrale européenne) expire à la fin du mois et sans nouveaux financements la Grèce risque de se retrouver à sec d'ici la fin mars, estiment des sources bien informées.

"Le gouvernement grec a fait tout ce qu'il a pu à tous les niveaux afin de trouver une solution satisfaisante pour tous", a dit le porte-parole du gouvernement grec Gabriel Sakellaridis.   Suite...

 
Les ministres des Finances de la zone euro tenteront encore ce vendredi de parvenir à un compromis avec la Grèce sur la situation de sa dette mais il faudra peut-être un sommet d'urgence dans la semaine à venir, Athènes et Berlin semblant camper sur leurs positions. /Photo prise le 18 février 2015/REUTERS/Yannis Behrakis