February 17, 2015 / 4:28 PM / 2 years ago

La BCE "convaincue" de revenir à près de 2% d'inflation

2 MINUTES DE LECTURE

La Banque centrale européenne (BCE) est convaincue que l'inflation reviendra à près de 2% en rythme annuel dans la zone euro au vu de l'ampleur "considérable" du programme de rachat d'actifs qu'elle a annoncé fin janvier, estime Christian Noyer, membre du conseil des gouverneurs de la BCE et gouverneur de la Banque de France. /Photo prise le 26 janvier 2015/Dado Ruvic

PARIS (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) est convaincue que l'inflation reviendra à près de 2% en rythme annuel dans la zone euro au vu de l'ampleur "considérable" du programme de rachat d'actifs qu'elle a annoncé fin janvier, a déclaré mardi Christian Noyer, membre du conseil des gouverneurs de la BCE.

"Nous ferons tout pour retrouver une inflation inférieure à mais proche de 2%, conformément à notre mandat", a-t-il dit devant la commission des Finances de l'Assemblée nationale.

"Pourquoi est-ce que nous sommes convaincus que ce programme nous permettra d’atteindre cet objectif ? Parce qu'il est d’une ampleur considérable", a ajouté Christian Noyer, qui est également gouverneur de la Banque de France.

La BCE a annoncé fin janvier un programme dit d'"assouplissement quantitatif" intégrant l'achat de 60 milliards d'euros d'actifs, y compris des emprunts d'Etat, chaque mois jusqu'en septembre 2016 au minimum.

Pour Christian Noyer, ces achats permettent de maintenir à des niveaux durablement bas les taux obligataires mais ont également un effet de pression à la baisse sur la valeur de l'euro, "avec des conséquences positives sur le commerce extérieur et l'activité de la zone euro."

L'efficacité du programme sera "maximale" s’il s’accompagne de réformes structurelles adéquates dans les pays qui disposent encore de marges de manœuvre importantes, comme c’est le cas en France", a-t-il encore dit.

Alors que le gouvernement vient de décider de maintenir le taux du livret A à 1%, le gouverneur de la Banque de France a une nouvelle fois estimé que la rémunération de l’épargne réglementée "ne peut demeurer rigide à la baisse".

"Cela empêche une bonne transmission de la politique monétaire" mais aussi la baisse des taux d’emprunt pour la construction de logements sociaux, le financement des PME, ou encore les prêts aux collectivités locales.

Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below