La croissance en Europe centrale reste soutenue

vendredi 13 février 2015 12h40
 

par Jason Hovet

PRAGUE (Reuters) - Les économies d'Europe centrale se sont maintenues sur une trajectoire de croissance soutenue au quatrième trimestre 2014, grâce à des dépenses des ménages vigoureuses et à la bonne santé économique allemande, qui a tiré la demande à l'exportation.

La Hongrie est arrivée en tête des performances avec une croissance de 0,9% d'un trimestre sur l'autre et de 3,4% en variation annuelle.

Elle est suivie de près par la Slovaquie, qui affiche une croissance de 0,6% sur un trimestre et de 2,4% sur un an.

La Pologne, première économie de la région, a vu son produit intérieur brut (PIB) croître de 0,6% d'un trimestre à l'autre et de 3,0% sur un an, une hausse inférieure aussi bien aux attentes qu'à celle du troisième trimestre.

La croissance roumaine a également ralenti au dernier trimestre de l'année 2014, tout en continuant à afficher un rythme solide, de 0,5% en variation trimestrielle.

"La croissance a souffert d'un trimestre sur l'autre dans les derniers mois de 2014. Mais compte tenu des freins venant de Russie et de la zone euro, je pense que la région tient plutôt bien le coup et la croissance a été relativement résistante", souligne Neil Shearing, économiste chez Capital Economics.

La République tchèque a fait exception, avec un net ralentissement de sa croissance, à 0,2% sur un trimestre, en net retrait par rapport aux attentes. Mais cette performance décevante est considérée comme un accident lié à une base de comparaison élevée en 2013 en raison d'un alourdissement de la fiscalité qui a provoqué un phénomène de stockage de cigarettes.

Les indicateurs avancés annoncent une accélération de la croissance en 2015, même si les exportations restent fragiles face aux sanctions contre la Russie pour son rôle en Ukraine et à une zone euro qui peine à relancer sa croissance.   Suite...

 
Vue de Varsovie. Les économies d'Europe centrale se sont maintenues sur une trajectoire de croissance soutenue au quatrième trimestre 2014, grâce à des dépenses des ménages vigoureuses et à la bonne santé économique allemande, qui a tiré la demande à l'exportation. /Photo prise le 4 septembre 2014/REUTERS/Slawomir Kaminski/Agence Gazeta