Premier contrat Rafale à l'export conclu avec l'Egypte

jeudi 12 février 2015 20h34
 

par Julien Ponthus et Marine Pennetier

BRUXELLES (Reuters) - La France a conclu avec l'Egypte un accord pour la vente de 24 avions de combat Rafale, le premier à l'export pour cet appareil lancé il y a plus de 25 ans, a annoncé jeudi François Hollande.

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, signera lundi au Caire avec le président égyptien Abdel Fattah al Sissi ce contrat qui porte aussi sur la livraison d'une frégate multimissions et de missiles, a précisé le chef de l'Etat.

"Les autorités égyptiennes viennent de me faire savoir leur intention d'acquérir 24 avions de combat Rafale et une frégate multimissions ainsi que les équipements associés", lit-on dans un communiqué diffusé à Bruxelles en marge du Conseil européen.

"Ces équipements permettront à l'Egypte d'accroître sa sécurité et de jouer tout son rôle au service de la stabilité régionale", ajoute François Hollande, soulignant que l'Etat s'était "pleinement engagé", ce qui a permis l'accord selon l'Elysée. Le montant total de ce contrat est évalué à plus de cinq milliards d'euros.

Ce sera la première fois que la France vend à l'exportation le Rafale, avion de combat polyvalent de Dassault Aviation, qui équipe son armée de l'air et sa marine.

Ce qui paraît de bon augure pour un autre contrat en cours de discussion avec le Qatar, portant sur 24 avions et une option sur 12 autres.

Dassault négocie également depuis trois ans avec l'Inde une méga-commande de 126 avions. Mais les discussions exclusives achoppent de nouveau sur la garantie apportée par l'avionneur français pour les 108 avions qui seront fabriqués en Inde.

  Suite...

 
François Hollande a confirmé jeudi la conclusion d'un accord avec l'Egypte pour la livraison de 24 avions de combat Rafale, d'une frégate et de missiles qui sera signé lundi au Caire. Il s'agira du premier contrat à l'export de l'avion de combat construit par Dassault Aviation depuis son lancement en 1989. /Photo d'archives/REUTERS/Nikhil Monteiro