L'Egypte n'a pas encore rendu sa décision finale sur le Rafale

jeudi 12 février 2015 16h43
 

PARIS (Reuters) - Le président égyptien Abdel Fattah al Sissi n'a pas encore rendu sa décision concernant l'offre française de vente d'avions de combat Rafale, a-t-on déclaré jeudi de source gouvernementale française, nuançant une information faisant état d'un accord.

"Le président égyptien n'a pas encore rendu sa décision concernant l'offre présentée par la France", a indiqué cette source. "Les discussions ne sont pas terminées, le dialogue se poursuit".

Selon Le Monde, le contrat sur la vente de 24 avions de combat Rafale, d'une frégate multimissions Fremm et de missiles, pour un montant total estimé à plus de cinq milliards d'euros, aurait été paraphé par les parties prenantes et la signature officielle est prévue lundi au Caire.

Contactée par Reuters en début d'après-midi, une source proche du dossier a indiqué qu'un accord avait été trouvé entre les deux parties.

Priée de dire si cela voulait dire qu'un accord avait été conclu, la source a répondu: "Accord, oui."

Le Rafale de Dassault Aviation réaliserait ainsi sa première vente à l'export depuis son lancement en 1989, un signe considéré comme de bon augure pour un autre contrat en cours de discussion avec le Qatar cette fois, pour un total de 24 avions et une option sur 12 autres.

"La dernière page du document, qui détaille les modalités de cet accord, doit encore faire l'objet d'une dernière double signature officielle: celle du président égyptien, Abdel Fattah al Sissi, et celle d'un représentant de l'Etat français, qui pourrait être le président de la République, François Hollande, lui-même, ou du ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian", précise Le Monde.

La frégate multimissions Fremm, construite par DCNS, filiale à 35% de Thales, sera le bâtiment "Normandie" qui devait être livré cette année à la Marine française, a précisé lundi le chef d'état major de celle-ci à la presse.

Les missiles, eux, sont construits par MBDA, coentreprise entre Airbus Group, le groupe italien Finmeccanica et le britannique BAE Systems.   Suite...

 
Selon une source gouvernementale française, le président égyptien Abdel Fattah al Sissi n'a pas encore rendu sa décision concernant l'offre française de vente d'avions de combat Rafale, des propos qui nuancent une information faisant état d'un accord. /Photo d'archives/REUTERS/Pascal Rossignol