Le marché français du prêt-à-porter féminin se stabilise

mercredi 11 février 2015 12h06
 

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Après six années consécutives de baisse, le marché français du prêt-à-porter féminin s'est stabilisé en 2014 et pourrait très légèrement progresser en 2015 à la faveur d'un contexte économique plus favorable, estime la Fédération française du prêt-à-porter féminin.

Les ventes de mode féminine ont totalisé 10,8 milliards d'euros l'an dernier, signant une hausse symbolique de 0,1% et faisant mieux que l'ensemble du marché de l'habillement (homme, enfants compris) qui a reculé de 0,9% en valeur, selon les chiffres de l'Institut français de la mode (IFM).

L'année 2014 aura été sauvée pour la mode féminine par un bon premier semestre (+1,3%), tandis que la tendance a été négative en deuxième partie d'année pour cause de météo très clémente et peu favorable aux achats de grosses pièces comme les manteaux.

En volume, la hausse des ventes de prêt-à-porter féminin a été plus sensible (+1,5% en quantités achetées), les achats se portant sur davantage de vêtements légers et moins chers.

"Le marché a connu un léger mieux en 2014 grâce à un environnement économique un peu plus favorable, malgré l'absence d'amélioration sur le front du chômage", a déclaré à Reuters François-Marie Grau, secrétaire général de la fédération professionnelle.

Il pourrait selon lui "légèrement progresser" en 2015, grâce à la reprise de la croissance annoncée en France et aux effets de la baisse des prix du pétrole sur le pouvoir d'achat.

Le budget moyen a quant à lui très légèrement baissé à 387 euros, contre 392 euros en 2013, "en raison de l'augmentation de la population féminine l'an dernier", a précisé François-Marie Grau.

La Commission européenne a annoncé le 5 février prévoir une croissance du PIB de 1% en France cette année.   Suite...

 
Après six années consécutives de baisse, le marché français du prêt-à-porter féminin s'est stabilisé en 2014 et pourrait très légèrement progresser en 2015 à la faveur d'un contexte économique plus favorable, selon la Fédération française du prêt-à-porter féminin.  /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau