Un compromis sur la Grèce peu probable cette semaine

mardi 10 février 2015 19h41
 

par Angeliki Koutantou et Alastair Macdonald

BRUXELLES/ISTANBUL (Reuters) - Entre rumeurs d'accord et avertissements à Athènes, les déclarations sur la dette grecque se sont multipliées mardi à la veille d'une réunion d'urgence des ministres des Finances de la zone euro et à 48 heures d'un sommet européen à Bruxelles, mais les positions restent très éloignées et les chances d'un accord cette semaine semblent minces.

L'Union européenne (UE) se fixe pour objectif de conclure un accord provisoire lundi prochain lors de la réunion mensuelle de l'Eurogroupe, a déclaré à Reuters un haut responsable de l'Union.

Le commissaire aux Affaires économiques Pierre Moscovici a souligné qu'aucun projet n'était pour l'instant en discussion et que la réunion exceptionnelle de l'Eurogroupe mercredi visait surtout à confronter les positions des différentes parties.

"Il n'y aucun projet spécifique sur la table. Demain, l'Eurogroupe, à Bruxelles, sera l'occasion pour la Grèce d'exposer ses positions", a-t-il dit à la presse en marge de la réunion du G20 à Istanbul. "Ce sera aussi l'occasion pour (le ministre grec Yanis Varoufakis) de voir comment les ministres de la zone euro réagissent à cela."

Pierre Moscovici a ajouté qu'Athènes devrait demander une prolongation du plan d'aide actuel, le temps de négocier un nouvel accord, et que la réunion mensuelle de l'Eurogroupe lundi prochain serait décisive.

A Athènes, Yanis Varoufakis a expliqué qu'un affrontement avec les partenaires européens de la Grèce ne devait pas être exclu.

"Quand on ne veut même pas envisager l'affrontement, on ne négocie pas", a-t-il dit devant les députés avant un vote de confiance. "Nous ne recherchons pas l'affrontement, nous ferons tout pour l'éviter, mais on ne négocie pas si on l'exclut."

Il a ajouté qu'à ses yeux, 30% du plan d'aide actuel étaient "toxiques".   Suite...

 
Entre rumeurs d'accord et avertissements à Athènes, les déclarations sur la dette grecque se sont multipliées mardi à la veille d'une réunion d'urgence des ministres des Finances de la zone euro et à 48 heures d'un sommet européen à Bruxelles, mais les positions restent très éloignées et les chances d'un accord cette semaine semblent minces. /Photo prise le 10 février 2015/ REUTERS/Yannis Behrakis