La confrontation Tsipras/Bruxelles inquiète les marchés grecs

lundi 9 février 2015 12h59
 

par Marius Zaharia

LONDRES (Reuters) - Les marchés financiers grecs étaient de nouveau en net recul lundi au lendemain du discours de politique générale du Premier ministre Alexis Tsipras, qui augure mal des discussions des prochains jours avec le reste de la zone euro.

A la mi-journée, la Bourse d'Athènes perdait 6,0% et l'indice du secteur bancaire grec chutait de 11,5%, se rapprochant de ses plus bas historiques.

L'action de la Banque du Pirée abandonnait 15,5%, Eurobank 10,4% et Banque nationale de Grèce 10,6%.

Sur le marché obligataire, le rendement des emprunts d'Etat grecs à dix ans dépassait 11% et la hausse était plus spectaculaire encore pour le rendement à trois ans, qui dépassait 21%.

Dans un discours au Parlement dimanche, Alexis Tsipras a déclaré qu'il n'accepterait pas une prolongation du programme d'aide financière dont bénéficie son pays, laissant craindre des tensions lors de la réunion exceptionnelle des ministres des Finances de l'Eurogroupe mercredi et du sommet de jeudi avec les dirigeants de l'Union européenne, favorables à cette solution.

"La possibilité que la Grèce quitte la zone euro est passée, avec ce discours, de 35% à 50%", estime Gary Jenkins, responsable de la stratégie crédit de LNG Capital.

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a mis en garde Athènes lundi contre tout optimisme excessif, soulignant qu'il n'avait "répondu que partiellement" aux inquiétudes de Bruxelles dans son discours et qu'il ne devait pas tenir pour acquis que l'Union accepterait l'abandon des réformes promises.

Ajoutant aux difficultés d'Athènes, l'agence Standard & Poor's a abaissé vendredi soir la note souveraine de la Grèce tandis que Moody's plaçait la sienne sous revue en évoquant la possibilité d'une dégradation.   Suite...

 
Les marchés financiers grecs étaient de nouveau en net recul lundi au lendemain du discours de politique générale du Premier ministre Alexis Tsipras, qui augure mal des discussions des prochains jours avec le reste de la zone euro. A la mi-journée, la Bourse d'Athènes perdait 6,0% et l'indice du secteur bancaire grec chutait de 11,5%, se rapprochant de ses plus bas historiques. /Photo prise le 3 février 2015/REUTERS/Yannis Behrakis