Wall Street finit en légère baisse avec la Grèce

vendredi 6 février 2015 22h31
 

par Caroline Valetkevitch

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a perdu près de 0,5% vendredi, plongeant dans le rouge en fin de séance après que Jeroen Dijsselbloem, président de l'Eurogroupe, a dit que la Grèce avait jusqu'au 16 février pour demander un prolongement de son programme d'aide faute de quoi le pays risquait d'être privé de soutien financier.

L'indice Dow Jones a cédé 0,34%, soit 60,59 points, à 17.824,29. Le S&P-500, plus large, a perdu 7,05 points, soit 0,34%, à 2.055,47. Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 20,70 points (-0,43%) à 4.744,40.

Sur la semaine, le Dow gagne toutefois 3,%, le S&P 3% et le Nasdaq 2,4%, les trois indices effaçant les pertes accusées la semaine précédente. Le Dow Jones a enregistré son gain hebdomadaire le plus marqué depuis janvier 2013, en raison notamment du rebond des valeurs pétrolières dans la foulée de celui des cours du brut.

Grâce à ce gain, le Dow est tout juste repassé dans le vert (+0,01%) depuis le début de l'année, tout comme le Nasdaq (+0,18%) mais pas le S&P (-0,17%).

Avant les propos de Jeroen Dijsselbloem, qui font chuter l'euro de 1,3% par rapport au dollar, Wall Street était plutôt bien orientée, portée par l'annonce d'un nombre de créations d'emplois supérieur aux attentes en janvier.

Les ministres des Finances de la zone euro veulent apprendre mercredi prochain comment la Grèce entend devenir financièrement indépendante alors que le temps dont dispose le nouveau gouvernement pour avaliser le train de réformes accepté par le précédent est compté, a déclaré Jeroen Dijsselbloem, lors d'un sommet organisé par Reuters.

La bonne tenue du marché de l'emploi ainsi que le rebond des salaires illustrent la vigueur de l'économie américaine, ce qui conduit à nouveau nombre d'investisseurs à penser que les taux d'intérêt seront relevés vers le milieu de l'année.

Cette perspective a porté le compartiment financier, avec un indice sectoriel en hausse de 0,73%, les banques tirant généralement parti de taux d'intérêt plus élevés.   Suite...

 
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS