Santander annonce un bénéfice trimestriel en hausse de 70%

mardi 3 février 2015 18h49
 

par Sarah White et Jesús Aguado

MADRID (Reuters) - Santander, plus grande banque de la zone euro, est parvenue en 2014 à inverser la tendance en matière de distribution de crédits après deux années de contraction, conformément à la priorité définie par sa nouvelle présidente Ana Botin.

L'établissement espagnol parie sur la reprise économique de son pays d'origine et d'autres marchés importants comme la Grande-Bretagne pour gonfler ses bénéfices et distribuer davantage de crédits, alors que ses pertes sur les créances immobilières en Espagne s'amenuisent et que sa direction a été refaçonnée par Ana Botin.

Son action gagnait 3,51% à 6,143 euros vers 11h20 GMT à la Bourse de Madrid, soit davantage que l'indice sectoriel européen (+1,89%), également porté par la perspective d'un apaisement sur la dette grecque.

Le titre évolue cependant toujours près d'un creux de plus d'un an touché en janvier après une augmentation de capital inattendue de 7,5 milliards d'euros et une réduction de son dividende, deux mesures prises pour soutenir l'activité de crédits.

Comme ses pairs, la banque espagnole va devoir composer avec la faiblesse des taux d'intérêt dans certaines régions, en particulier dans la zone euro, mais aussi avec les rachats de dettes souveraines décidées par la Banque centrale européenne (BCE), susceptibles de rogner les marges du secteur.

Son revenu net des intérêts (NII), un indicateur particulièrement surveillé mesurant la différence entre les revenus tirés des prêts et les coûts des dépôts, a été plus élevé que prévu au quatrième trimestre et a progressé de 11% sur un an, a annoncé la banque mardi.

PAS DE PROJET D'ACQUISITION   Suite...

 
Ana Botin, présidente de Banco Santander. La plus grande banque de la zone euro a enregistré un bond de près de 70% de son bénéfice au quatrième trimestre par rapport à l'année précédente en raison de la progression de ses activités de crédit et de la baisse des charges liées aux créances douteuses. /Photo prise le 3 février 2015/REUTERS/Andrea Comas