Wall Street finit en net recul après la Fed

mercredi 28 janvier 2015 22h47
 

par Ryan Vlastelica

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a fini en net recul mercredi, en dépit des bons résultats d'Apple et Boeing, à la suite des déclarations optimistes de la Réserve fédérale concernant l'économie américaine, qui tendent à confirmer les anticipations de relèvement de ses taux directeurs dans le courant de l'année.

A l'issue d'une réunion de deux jours de son comité de politique monétaire, la Fed a répété qu'elle adopterait une position "patiente" en vue d'un premier relèvement de taux, tout en affirmant que la croissance restait "solide" aux Etats-Unis malgré les perturbations ailleurs dans le monde.

De nombreux intervenants se sont déclarés peu surpris par ces annonces. "C'était largement attendu, ce qu'espérait probablement la Fed. (Ces déclarations) ne vont pas faire de vagues", estime Brian Jacobsen, responsable de la stratégie chez Wells Fargo Funds Management à Menomonee Falls (Wisconsin).

L'indice Dow Jones a perdu 195,84 points, soit 1,13%, à 17.191,37 points, tandis que le Standard & Poor's 500, plus large, a cédé 27,39 points, soit 1,35% à 2.002,16 points.

Le Nasdaq Composite, à forte pondération technologique, a reculé de 43,50 points, soit 0,93% à 4.637,99 points à la faveur du bond de 5,65% d'Apple à 115,31 dollars.

Le groupe à la pomme a publié mardi après la clôture le bénéfice trimestriel le plus élevé jamais annoncé par une entreprise (18 milliards de dollars), nettement supérieur aux attentes des analystes, en raison notamment des ventes records de son iPhone à écran large, notamment en Chine.

De même, le titre du constructeur aéronautique Boeing s'est adjugé 5,40% à 139,64 dollars, après avoir annoncé une progression de 19% de son bénéfice trimestriel, un résultat là aussi nettement supérieur aux attentes.

Ces résultats contrastent nettement avec les performances décevantes la veille de Microsoft et Caterpillar qui souffrent de la fermeté du dollar et de la chute des prix des matières premières.   Suite...

 
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS