Wall Street finit en forte hausse après le QE de la BCE

jeudi 22 janvier 2015 22h27
 

par Ryan Vlastelica

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a fini en forte hausse jeudi, dans des échanges volatils, saluant l'annonce d'un programme d'assouplissement quantitatif (QE) de la Banque centrale européenne pour stimuler l'activité économique sur le Vieux Continent.

L'indice Dow Jones des 30 grandes valeurs a gagné 259,70 points, soit 1,48%, à 17.813,98 et le Standard & Poor's-500, plus large, a pris 31,03 points ou 1,53% à 2.063,15. Le Nasdaq Composite, à forte pondération technologique, a grimpé de son côté de 82,98 points (1,78%) à 4.750,40.

Plombés par les résultats décevants de quelques poids lourds de la cote, les principaux indices avaient ouvert en baisse avant de s'orienter résolument à la hausse dans le sillage des Bourses de la zone euro qui ont toutes gagné plus de 1%, l'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 s'adjugeant 1,6% à un plus haut de sept ans.

La BCE va racheter chaque mois pour 60 milliards d'euros d'actifs, un montant plus important qu'attendu, dans le cadre d'un programme qui durera jusqu'en septembre 2016 et pourra être prolongé si l'inflation ne remonte pas.

"Quand toutes les banques centrales du monde font des efforts pour stimuler l'économie, les prix des actifs s'en trouvent favorisés et c'est une tendance contre laquelle il est difficile de lutter", note Wayne Kaufman, analyste marchés chez Phoenix Financial Services à New York, pour expliquer le retournement à la hausse des indices.

L'actualité sur le front des entreprises a pourtant été mitigée et la statistique des inscriptions hebdomadaires au chômage, meilleure que la semaine précédente mais inférieure aux attentes, n'a pas non plus aidé.

Comme en Europe, les financières ont mené la hausse à l'instar de Bank of America et de Wells Fargo qui ont pris respectivement 4,4% et 3,2%. L'indice S&P des financières s'est adjugé 2,45%, la meilleure performance des principaux indices sectoriels de S&P.

American Express n'a pas profité du mouvement et a au contraire accusé la plus forte baisse du Dow Jones avec un recul de 3,8%. Le numéro un mondial des cartes de crédit a annoncé mercredi qu'il allait supprimer plus de 4.000 emplois en un an dans le cadre d'une restructuration.   Suite...

 
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS