Kaufman & Broad prudent pour 2015 mais prêt à des acquisitions

jeudi 22 janvier 2015 19h34
 

PARIS (Reuters) - Kaufman & Broad, dont les revenus ont crû l'an dernier de près de 6%, se dit prudent pour l'année en cours du fait de la situation économique en France mais le promoteur immobilier est toutefois prêt à réaliser des acquisitions.

Le groupe, détenu à 88,64% par le fonds PAI Partners, a fait état jeudi d'un chiffre d'affaires de 1,08 milliard d'euros en 2014 contre 1,02 milliard un an plus tôt. Sa marge brute a quant à elle reculé de 1,27% à 194,30 millions.

Pour 2015, Kaufman & Broad table sur des revenus et une marge brute similaires à ceux réalisés sur l'année écoulée.

"Nous souhaitons être prudents parce que nous sommes dans un environnement encore très chahuté en France. Nous avons été très chahutés en 2014 à la fois sur des aspects économiques mais aussi législatifs", a déclaré Nordine Hachemi, le PDG de la société, lors d'une interview à Reuters.

"Nous sommes donc méfiants sur 2015 quand bien même nous avons un gouvernement qui a compris l'importance du logement dans l'économie en France. C’est une bonne nouvelle (...). Mais nous avons encore de grosses lourdeurs administratifs autour des permis de construire."

Le gouvernement a donné fin août des gages à un secteur de l'immobilier en plein marasme en présentant un plan de relance fondé sur la fiscalité qui a enterré des mesures portées par la précédente ministre du Logement, l'écologiste Cécile Duflot.

Les mesures annoncées par le Premier ministre Manuel Valls sont censées favoriser l'investissement et la libération du foncier à bâtir.

"Beaucoup de mesures annoncées (par le gouvernement, ndlr) sont entrées en vigueur le 1er janvier, donc nous n'avons pas pu en voir les effets l'année dernière", souligne le PDG de Kaufman & Broad.

"Les dispositifs Pinel (...) sont des mesures qui vont dans le bon sens. Et j'espère qu'on en verra les effets en 2015, mais plutôt en fin d'année je pense."   Suite...

 
Kaufman & Broad, dont les revenus ont crû l'an dernier de près de 6%, se dit prudent pour l'année en cours du fait de la situation économique en France mais le promoteur immobilier est toutefois prêt à réaliser des acquisitions. /Photo d'archives/REUTERS/Jean-Paul Pélissier