La BCE se lance dans le rachat d'obligations d'Etat

jeudi 22 janvier 2015 18h33
 

par Paul Carrel et John O'Donnell

FRANCFORT (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) a franchi jeudi l'étape ultime en matière de politique monétaire en lançant un programme de rachats d'obligations d'Etat qui lui permettra d'injecter des centaines de milliards d'euros dans le système financier de la zone euro pour tenter de relancer le crédit et l'activité.

Cette politique d'assouplissement quantitatif ("quantitative easing", QE) débutera en mars et s'achèvera en septembre 2016, en dépit des réticences exprimées par certains pays, Allemagne en tête.

Avec les mesures déjà prises de rachats de titres privés et de crédit bon marché accordé aux banques, la BCE injectera désormais 60 milliards d'euros dans l'économie chaque mois, a précisé Mario Draghi, le président de la BCE.

D'ici fin septembre 2016, la BCE, qui a en outre maintenu jeudi ses taux d'intérêt à des plus bas records, aura ainsi créé plus de 1.000 milliards d'euros de monnaie supplémentaire, ramenant la taille de son bilan à son niveau du début 2012.

"Dans le cadre de ce programme étendu, les achats mensuels de titres des secteurs public et privé se monteront à 60 milliards d'euros", a dit Mario Draghi. "Il est prévu qu'ils soient conduits jusqu'à la fin septembre 2016 et (...), quoi qu'il en soit, jusqu'à ce que nous constations un ajustement durable de la trajectoire d'inflation conforme à notre objectif d'atteindre des taux d'inflation inférieurs à mais proches de 2% à moyen terme."

Les achats seront réalisés par les banques centrales nationales, à proportion de leur participation au capital de la BCE, et seront coordonnés par l'institut de Francfort lui-même. L'essentiel du risque lié à la détention des titres rachetés sera donc assumé par chaque banque centrale et non pas mutualisé.

LES MARCHÉS SALUENT LA NOUVELLE   Suite...

 
Le président de la Banque centrale européenne Mario Draghi a annoncé jeudi que la BCE se lançait dans un programme de rachats d'obligations d'Etat qui injectera des centaines de milliards d'euros d'argent frais dans le système financier de la zone euro. Cette mesure, qui représente l'étape ultime en matière de politique monétaire, vise à relancer le crédit et l'activité pour éviter la déflation. /Photo prise le 22 janvier 2015/REUTERS/Kai Pfaffenbach