Total prévoit que le prix du brut reste faible au 1er semestre

mercredi 21 janvier 2015 10h47
 

PARIS (Reuters) - Total estime que le prix du pétrole devrait rester faible au cours du premier semestre 2015, a déclaré le directeur général du groupe pétrolier français, Patrick Pouyanné, lors d'un entretien à France 2 diffusé mercredi.

L'effondrement des cours du pétrole atteint désormais environ 60% depuis juin 2014, sous les 50 dollars le baril..

"Je crois franchement qu'il va rester à des niveaux bas pour le premier semestre 2015", a dit Patrick Pouyanné, interrogé à l'occasion du Forum économique de Davos.

"Après on verra, ça dépend de beaucoup de paramètres, quel va être le comportement d'un certain nombre de grands pays producteurs notamment", a-t-il ajouté, soulignant que la chute du pétrole était due à une combinaison de demande faible, due au marasme économique et aux économies d'énergie, et d'offre surabondante, avec en particulier la production de pétrole de schiste des Etats-Unis.

"Si ça dure, (...) c'est bon pour l'économie (...), ça veut dire que la demande de produits pétroliers va remonter, et donc un jour ou l'autre le prix du pétrole remontera."

Patrick Pouyanné est directeur général de Total depuis le décès du PDG Christophe de Margerie en octobre dans un accident d'avion.

Le dirigeant a par ailleurs déclaré au Financial Times que Total prévoyait de réduire de 10% ses investissements cette année et d'accélérer ses réductions de coûts afin de s'adapter à la forte baisse des cours du pétrole.

Au Forum économique mondial de Davos, mercredi matin, Patrick Pouyanné a confirmé avoir donné pour instruction de limiter les investissements dans les champs de gaz de schiste exploités par Total sur la côte Est des Etats-Unis du fait de la chute des cours du brut.

"Mais je peux revenir dans un an quand les prix remonteront", a-t-il ajouté.   Suite...

 
Raffinerie Total de Grandpuits, près de Paris. near Paris, January 6, 2015. Total estime que le prix du pétrole devrait rester faible au cours du premier semestre 2015. L'effondrement des cours du pétrole atteint désormais environ 60% depuis juin 2014, sous les 50 dollars le baril. /Photo prise le 6 janvier 2015/REUTERS/Christian Hartmann