L'hôtellerie a stagné en 2014, baisse aggravée en janvier

mardi 20 janvier 2015 22h08
 

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Le marché français de l'hôtellerie a stagné en 2014, plombé par un contexte économique morose, tandis que la baisse de la fréquentation des hôtels parisiens provoquée par les attentats des 7 et 9 janvier s'est aggravée, selon les chiffres du cabinet MKG Group.

En France, le RevPar (revenu par chambre disponible, l'indicateur clé de la profession combinant taux d'occupation et prix moyen payé) a ainsi reculé de 0,2% sur une base hors taxe l'an dernier, après une baisse de 1% en 2013, tandis que le taux d'occupation est resté stable (+0,1 point) à 65,7% et que le prix moyen par chambre a baissé de 0,4% à 83,6 euros.

"La France souffre, en dehors de Paris. La crise qui pèse sur le pouvoir d'achat affecte l'hôtellerie de province", a souligné Vanguélis Panayotis, directeur développement du cabinet MKG, lors d'une présentation de presse.

Le secteur a également pâti selon lui du relèvement de la TVA passé de 7% à 10% le 1er janvier 2014.

Par ailleurs, la baisse de la fréquentation dans les hôtels parisiens s'est aggravée depuis le recul observé dans les jours qui ont suivi les attentats.

Alors que le recul s'était atténué (-2,7% le 15 janvier, après un repli ayant atteint 7% le 13 janvier), le mouvement de baisse s'est à nouveau fortement accéléré entre le 16 et le 18 janvier pour atteindre 9,3% en moyenne et 10,2% dans l'hôtellerie de luxe.

La clientèle internationale, qui constitue plus de 80% de la clientèle des palaces parisiens comme le Bristol, le Georges V ou le Plazza Athénée, est très sensible aux questions de sécurité et de géopolitique.

  Suite...

 
Le marché français de l'hôtellerie a stagné en 2014, plombé par un contexte économique morose. Le revenu par chambre disponible a reculé de 0,2% sur une base hors taxe l'an dernier, après une baisse de 1% en 2013, tandis que le taux d'occupation est resté stable (+0,1 point) à 65,7% et que le prix moyen par chambre a baissé de 0,4% à 83,6 euros. /Photo prise le 29 août 1014/REUTERS/Charles Platiau