En 2014, la croissance chinoise a été la plus faible en 24 ans

mardi 20 janvier 2015 17h17
 

par Kevin Yao et Pete Sweeney

PEKIN (Reuters) - La Chine a enregistré en 2014 sa croissance la plus faible depuis 24 ans, le tassement du marché immobilier ayant grevé la demande, et elle risque de faire encore moins bien cette année, autant d'éléments susceptibles d'obliger les autorités monétaires à prendre des mesures de soutien à l'économie.

Toutefois, la croissance du seul quatrième trimestre a été un peu meilleure que prévu, ce qui pourrait quelque peu modérer la réaction des autorités politiques et monétaires, font valoir des économistes.

La croissance de la Chine a été de 7,4% l'an passé, suivant les statistiques officielles publiées mardi, de peu inférieure à l'objectif de 7,5%, après 7,7% en 2013. C'est le taux de croissance le plus bas depuis 1990.

La croissance s'est maintenue à 7,3% sur un an au quatrième trimestre, un chiffre légèrement supérieur aux attentes mais qui reste néanmoins à un plus bas depuis la crise financière mondiale de 2007-2009. Les économistes avaient anticipé une croissance revenue à 7,2% sur les trois derniers mois de l'année dernière, contre 7,3% au troisième trimestre.

Cette hausse du PIB est la moins marquée depuis celle de 6,6% enregistrée lors des trois premiers mois de 2009. C'est la première fois depuis 1999 que le gouvernement manque son objectif de PIB annuel.

Il était devenu assez évident que Pékin raterait son objectif mais le résultat final est meilleur que ce que l'on anticipait lorsque le crédit était en berne, les créances douteuses se multipliaient de manière exponentielle et d'importants indicateurs économiques tombaient à des plus bas de plusieurs années.

Les différentes mesure de soutien prises durant l'année ont permis d'éviter une situation bien pire sans provoquer le gonflement d'une dette déjà copieuse.

"Le gouvernement nous dit qu'il n'est pas pieds et mains liés à son objectif (de croissance), qu'il a été manqué mais que ce n'est pas grave. Cela me semble un développement plutôt positif", a estimé Andrew Polk, économiste chez Conference Board.   Suite...

 
LA CROISSANCE EN CHINE