Renault confiant pour ses ventes 2015 malgré un monde incertain

lundi 19 janvier 2015 17h01
 

par Gilles Guillaume

BOULOGNE-BILLANCOURT, Hauts-de-Seine (Reuters) - Renault prévoit une nouvelle hausse de ses ventes mondiales en 2015 grâce à plusieurs lancements en Europe et en Inde susceptibles de compenser les incertitudes persistantes dans certains marchés émergents stratégiques pour le groupe.

Le constructeur automobile, qui mise aussi à son tour sur la Chine, a fait état lundi d'une progression de 3,2% de ses immatriculations totales en 2014 à 2,71 millions de véhicules, deuxième année de rebond consécutif après la baisse de 2012.

La performance du groupe en Europe, où ses ventes ont grimpé de 12,5% et sa part de marché a franchi la barre des 10%, ainsi que le succès de sa gamme low cost à travers le monde ont éclipsé la faiblesse en Russie, Algérie et Argentine, respectivement ses troisième, neuvième et dixième marchés.

En 2015, Renault prévoit une croissance de 2% du marché mondial, la hausse attendue en Europe (+1% à +2%) et la vigueur persistante de la demande en Asie permettant de compenser une nouvelle chute du marché russe, attendu en recul de 20% à 25%, ou l'absence de perspectives de reprise en Amérique latine.

"Globalement, la répartition de nos risques fait qu'on continue à progresser d'une année sur l'autre", a déclaré Jérôme Stoll, directeur commercial de Renault, au cours d'une conférence de presse.

"Si vous avez suffisamment de moteurs allumés sur les marchés, quelle que soit la situation à laquelle vous faites face vous continuez de progresser", a dit de son côté le PDG, Carlos Ghosn, lors d'une conférence organisée par l'European American Press Club. "Si par contre vous n'avez que très peu de moteurs (...) vous êtes mal."

NOUVEAUX SEGMENTS   Suite...

 
Renault prévoit une nouvelle hausse de ses ventes mondiales en 2015 grâce à plusieurs lancements en Europe et en Inde susceptibles de compenser les incertitudes persistantes dans certains marchés émergents importants pour le groupe. /Photo prise le 10 novembre 2014/REUTERS/Louafi Larbi