Saint-Gobain tente d'amadouer Sika, mais aucun accord trouvé

vendredi 16 janvier 2015 19h49
 

par Matthieu Protard et Oliver Hirt

PARIS/ZURICH (Reuters) - Saint-Gobain a tenté vendredi de faire un pas en direction du suisse Sika, opposé à ce que le groupe français prenne son contrôle, mais, selon deux sources proches de Sika, aucun accord n'a été trouvé lors d'une réunion entre les dirigeants des deux sociétés.

Saint-Gobain, dans un communiqué diffusé après la réunion, a déclaré ne pas avoir l'intention de faire une offre sur les actions Sika restantes une fois réalisée l'opération en cours, ni avoir l'intention de contraindre Sika à réduire la taille de ses activités.

Le groupe français a signé début décembre un accord pour racheter à la famille Burkard-Schenker, l'actionnaire de contrôle de Sika, 16,1% du capital et 52,4% des droits de vote du groupe suisse, leader mondial de la chimie de la construction. Mais Saint-Gobain se heurte depuis le début à l'hostilité de la direction de Sika.

Des fonds d'investissement, comme Threadneedle Investments, Fidelity Worldwide Investment et deux fonds liés au milliardaire américain Bill Gates, se sont désormais ralliés à la direction du groupe suisse dans son opposition aux intentions de Saint-Gobain.

La direction et les membres du conseil opposés au projet peuvent ralentir et compliquer l'opération mais ne peuvent pas l'empêcher totalement en raison de la structure de l'actionnariat, qui garantit à la famille Burkard-Schenker le contrôle de la société sans avoir à détenir la majorité des actions.

Dans son communiqué, Saint-Gobain assure que "la politique de développement et la politique financière actuelles de Sika seront confirmées". Le numéro un mondial de la production, transformation et distribution de matériaux de construction précise aussi que Sika restera une société suisse, cotée à la Bourse suisse, et dont le siège social restera à Baar.

PROPOSITIONS DE SIKA "REJETÉES"   Suite...

 
Saint-Gobain a tenté vendredi de faire un pas en direction du suisse Sika, opposé à ce que le groupe français prenne son contrôle, mais, selon deux sources proches de Sika, aucun accord n'a été trouvé. /Photo prise le 8 décembre 2014/REUTERS/Jacky Naegelen