Cinquième séance consécutive de baisse à Wall Street

jeudi 15 janvier 2015 23h30
 

par Caroline Valetkevitch

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a fini en baisse jeudi pour la cinquième séance de rang, affectée par des indicateurs économiques inférieurs aux attentes et par le repli des bancaires après des résultats trimestriels décevants de Bank of America et Citigroup.

Plus généralement, les investisseurs continuent de s'inquiéter de l'impact de la faible croissance internationale sur les résultats des entreprises américaines, et l'envolée du franc suisse sur le marché des changes est encore venue ajouter à la volatilité.

L'indice Dow Jones des 30 grandes valeurs a fini en baisse de 106,38 points ou 0,61% à 17.320,71 et le Standard & Poor's 500, indice de référence des gérants américains, a cédé 18,60 points (0,92%) à 1.992,67. Le Nasdaq Composite, à forte pondération technologique, a lâché 68,50 points, soit 1,48%, à 4.570,82.

Le S&P-500, en baisse sur dix des 12 dernières séances, a clôturé sous le seuil psychologique des 2.000 points pour la première fois depuis le 16 décembre et il a également enfoncé sa moyenne mobile des 120 dernières séances, un niveau technique important.

Depuis son dernier record du 29 décembre, il affiche un recul de 4,7%. L'indice CBOE de la volatilité est à l'inverse monté pour la cinquième séance d'affilée, en hausse de 4,2% à 22,39, confirmant la nervosité accrue des investisseurs à l'entame de la saison des résultats.

Les anticipations pour les bénéfices des entreprises ont dégringolé depuis plusieurs mois, leur croissance n'étant plus estimée qu'à 3,5% alors qu'elle était prévue à 11,2% le 1er octobre, selon les données Thomson Reuters.

"Les gens gardent leur cash à cause des inquiétudes sur l'économie mondiale et sur la chute des cours des matières premières", rapporte Eric Marshall, responsable de la recherche chez Hodges Capital Management à Dallas, alors que le brut léger américain a encore perdu plus de 4% sur le Nymex. Les investisseurs, dit-il, se focalisent surtout sur les perspectives des entreprises : "Il y a de la nervosité (...) mais je pense que les résultats du quatrième trimestre viendront comme un soulagement."

  Suite...

 
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS