Tesco annonce un plan d'économies et des baisses de prix

jeudi 8 janvier 2015 10h26
 

par James Davey et Neil Maidment

LONDRES (Reuters) - Tesco, le numéro un britannique de la grande distribution, a annoncé jeudi son intention de réduire ses coûts de plusieurs centaines de millions de livres et de vendre des actifs pour financer une politique de baisse de prix et tenter de se relever de la plus grave crise de son histoire.

La chaîne de supermarchés a été profondément déstabilisée en 2014 par quatre avertissements sur ses résultats et un scandale comptable. Son nouveau directeur général, Dave Lewis, venu d'Unilever a donc dévoilé une nouvelle stratégie jeudi, en même temps que des résultats marquant une amélioration de l'activité au cours de la période clé de Noël.

Tesco prévoit donc de ramener ses dépenses d'investissement à un milliard de livres (1,27 milliard d'euros) sur le prochain exercice, contre 2,1 milliards cette année, et de réduire ses coûts de 250 millions de livres par an.

Il va également étudier la possibilité de vendre ou d'introduire en Bourse Dunnhumby, la filiale d'exploitation de données commerciales sur laquelle s'appuie son programme de cartes de fidélité, mais aussi le déménagement de son siège social, la suppression du dernier paiement du dividende et la réduction des avantages liés à son programme de retraites.

A la Bourse de Londres, l'action Tesco gagnait près de 5% en début de séance.

"Je suis tout à fait conscient des conséquences importantes de ces changements pour toutes les parties prenantes de l'entreprise mais nous devons faire face à la réalité de la situation", a dit Dave Lewis dans un communiqué. "Il y a encore à faire mais nous avons accompli les premiers pas importants dans la bonne direction."

Les décisions détaillées jeudi incluent aussi la nomination de Matt Davies, jusqu'à présent directeur général d'Halfords, une chaîne de magasins spécialisés dans le vélo et les pièces détachées automobiles, à la tête des activités britanniques et irlandaises.

  Suite...

 
Tesco, le numéro un britannique de la grande distribution, a l'intention de réduire ses coûts de plusieurs centaines de millions de livres et de vendre des actifs pour financer une politique de baisse de prix et tenter de se relever de la plus grave crise de son histoire. /Photo prise le 5 janvier 2015/REUTERS/Luke MacGregor