Wall Street met fin à sa série négative

mercredi 7 janvier 2015 22h38
 

par Caroline Valetkevitch

NEW YORK (Reuters) - Wall Street s'est redressée mercredi après cinq séances consécutives de baisse en raison de statistiques de l'emploi jugées encourageantes pour la croissance aux Etats-Unis, conjuguées à l'annonce d'une inflation négative dans la zone euro renforçant l'hypothèse d'une rapide initiative de la Banque centrale européenne (BCE).

Les investisseurs ont en outre été rassurés sur le fait que la Réserve fédérale n'était pas pressée de commencer à relever ses taux d'intérêt, comme en atteste à leurs yeux le compte rendu de la dernière réunion du comité de politique monétaire de la Fed.

L'indice Dow Jones, qui regroupe 30 valeurs vedettes de la cote a gagné 212,88 points (1,23%) à 17.584,52 points. Le Standard & Poor's-500, plus large et principale référence de nombreux investisseurs, a pris 23,29 points, soit 1,16%, à 2.025,90 points et le Nasdaq Composite, à forte pondération technologique, a avancé de 57,731 points (1,26%) à 4.650,47 points.

Cette hausse généralisée met fin à la plus longue série de pertes depuis 13 mois pour le S&P-500, qui a cédé 4,2% en cinq séances en raison des inquiétudes liées à l'effondrement persistant des cours du pétrole et aux perspectives globalement moroses, hors Etats-Unis, concernant l'économie mondiale.

"En ce début d'année, la confiance a été fortement mise à l'épreuve. Il y avait trop d'optimisme, ce qui signifie que nous étions préparés à un tassement. Le marché cherchait une raison de se débarrasser des cartes les plus faibles dans sa main et le pétrole a fourni cette raison", juge Michael Mullaney, responsable des investissements chez Fiduciary Trust Co à Boston.

Le pétrole a stoppé sa dégringolade après avoir perdu plus de la moitié de sa valeur depuis juin, en particulier après le recul spectaculaire de 10% lundi et mardi.

Le Brent est passé brièvement sous les 50 dollars le baril avant de terminer la journée à 51,15 dollars, tandis que le contrat février sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a gagné 72 cents, soit 1,5%, à 48,65 dollars le baril.

Reste à savoir s'il s'agit d'une simple pause ou d'une inversion de tendance.   Suite...

 
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS