La croissance chinoise attendue à 7,2% au 4e trimestre

samedi 10 janvier 2015 16h44
 

par Kevin Yao

PEKIN (Reuters) - La croissance économique de la Chine devrait avoir ralenti à 7,2% en rythme annuel au quatrième trimestre, soit son niveau le plus faible depuis la crise financière, selon une enquête Reuters qui vient souligner la nécessité de nouvelles mesures de soutien si la deuxième économie mondiale veut échapper à un coup de frein plus brutal en 2015.

Ce ralentissement attendu, après +7,3% sur la période juin-septembre, ferait tomber la croissance sur l'ensemble de l'année à son niveau le plus bas depuis 24 ans, sous l'objectif de 7,5% fixé par le gouvernement.

Une hausse de 7,2% du produit intérieur brut (PIB) au quatrième trimestre serait la plus basse depuis celle de 6,6% enregistrée lors des trois premiers mois de 2009, au plus fort de la crise financière.

La statistique sera publiée le 20 janvier.

L'enquête réalisée par Reuters auprès de 31 économistes pointe vers une stabilisation de la distribution de crédits et de l'investissement en décembre, mais avec une nouvelle diminution des pressions sur les prix.

"Les chiffres de décembre devraient montrer une économie toujours fragile, avec une dynamique de production qui peine à reprendre et des pressions déflationnistes croissantes", écrivent les économistes d'UBS dans une note.

Les spécialistes s'attendent à un chiffre tout juste stable pour la distribution de crédits bancaires le mois dernier par rapport à novembre, à près de 853 milliards de yuans (116 milliards d'euros), malgré l'annonce par la Banque populaire de Chine de la levée de restrictions sur l'octroi de prêts.

L'annonce de ces mesures avait suivi de près la décision de la banque centrale de réduire ses taux d'intérêt pour la première fois depuis plus de deux ans, ce qui avait pris les marchés par surprise.   Suite...

 
Chantier de construction à Pékin. La croissance économique de la Chine devrait avoir ralenti à 7,2% en rythme annuel au quatrième trimestre, soit son niveau le plus faible depuis la crise financière, selon une enquête Reuters qui vient souligner la nécessité de nouvelles mesures de soutien si la deuxième économie mondiale veut échapper à un coup de frein plus brutal en 2015. /Photo prise le 26 décembre 2014/REUTERS/Kim Kyung-Hoon