7 janvier 2015 / 09:20 / dans 3 ans

Le recul du chômage allemand contraste avec le reste de l'Europe

LE TAUX DE CHÔMAGE DANS LA ZONE EURO

BERLIN/FRANCFORT (Reuters) - Le taux de chômage est tombé en Allemagne à un plus bas record de 6,5% en décembre, une situation qui contraste fortement avec le reste des pays de la zone euro, notamment l‘Italie où il a atteint en novembre un plus haut historique à 13,4%, selon des données publiées mercredi.

Le taux de chômage en Allemagne, en données corrigées des variations saisonnières (CVS), est au plus bas depuis la réunification du pays en 1990 alors que les économistes prévoyaient en moyenne une stabilité à 6,6%.

En comparaison en Italie, le taux de chômage a augmenté pour le troisième mois de suite en novembre pour s‘établir à 13,4%, un niveau record depuis 1977, selon les données publiées par l‘Istat, l‘institut national de la statistique, qui reflètent l‘impact de la troisième récession subie en six ans par le pays.

En France, le chômage a poursuivi sa hausse en novembre, en progressant dans toutes les tranches d‘âge, selon les chiffres publiés par le ministère du Travail fin décembre.

Au Portugal, le taux de chômage a également progressé à 13,9% en novembre, tandis qu‘en Grèce et en Espagne, près d‘un quart de la population est toujours sans emploi.

Dans l‘ensemble de la zone euro, le taux de chômage est resté inchangé à 11,5% en novembre, avec 18,394 millions de demandeurs d‘emploi, selon des données publiées mercredi par Eurostat, l‘agence de statistiques de l‘Union européenne.

Par rapport au mois précédent, le nombre de personnes sans emploi a augmenté de 34.000. Sur un an, ce nombre a cependant reculé de 522.000. En novembre 2013, le taux de chômage de la zone euro était de 11,9%.

Dans les 28 pays de l‘Union européenne, le taux de chômage est revenu à 10,0%, contre 10,1% en octobre et 10,7% en novembre

2013.

ROBUSTESSE ALLEMANDE

En Allemagne, le nombre de demandeurs d‘emploi a baissé de 27.000, à 2,841 millions, alors que les économistes interrogés par Reuters avaient anticipé en moyenne un recul de 6.000.

“Le marché du travail allemand est robuste et devrait contribuer positivement à la confiance des ménages, donc aider la consommation privée cette année”, commente Heinrich Bayer, économiste chez Postbank.

Mais selon lui, il est peu probable que le chômage continue de baisser si vite.

“L‘accès de faiblesse de l‘économie pendant l‘hiver et le fait que le premier trimestre ne sera probablement pas particulièrement bon non plus, devrait ralentir le rythme de baisse du chômage. La mise en place du salaire minimum pourrait aussi être un frein durant cette année”, a-t-il ajouté.

Le 1er janvier, le salaire minimum à 8,50 euros de l‘heure est entré en vigueur en Allemagne. Les économistes sont partagés sur l‘effet de cette mesure quant à savoir si elle va coûter des emplois ou stimuler la consommation.

L‘emploi est à un niveau record en Allemagne et les salaires sont en hausse tandis que l‘inflation est au plus bas depuis cinq ans. Tout cela contribue à stimuler la demande intérieure alors que l‘investissement faiblit et que les exportations sont atones.

La consommation des ménages a soutenu la croissance au troisième trimestre, permettant à l‘Allemagne d‘éviter de justesse une entrée en récession après une contraction du PIB sur la période avril-juin.

Les ventes au détail en Allemagne ont augmenté de 1% en novembre en Allemagne, alors qu‘elles étaient attendues stables, a annoncé mercredi l‘Office fédéral de la statistique.

Michelle Martin, Claude Chendjou pour le service français, édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below