Les Bourses européennes dans le rouge à mi-séance, sauf Londres

vendredi 19 décembre 2014 12h46
 

(Reuters) - Les Bourses européennes évoluent pour la plupart dans le rouge à mi-séance, la hausse du début de matinée s'étant peu à peu estompée.

Wall Street n'en devrait pas moins ouvrir dans le vert et poursuivre le rebond des deux derniers jours, favorisé par les déclarations de la Fed sur la bonne santé de l'économie américaine et la prudence avec laquelle elle entend orchestrer la remontée de ses taux.

À Paris, le CAC 40 cède 0,09% (3,82 points) à 4.245,67 points à 12h20. À Francfort, le Dax abandonne 0,15% tandis qu'à Londres, le FTSE gagne 0,58%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 cède 0,05% et l'EuroStoxx 50 de la zone euro 0,47%.

La Bourse de Milan cède quant à elle 1,37%, plombée par les valeurs bancaires, dont plusieurs ont été dégradées jeudi soir par Standard & Poor's. UniCredit et Intesa Sanpaolo abandonnent plus de 3%.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en hausse de 0,2% à 0,4%.

L'indice Dow Jones et le Standard & Poor's-500 viennent d'enregistrer leur meilleure performance en deux séances depuis fin 2011. Les places européennes, elles, pourraient afficher en clôture leur plus forte progression hebdomadaire de l'année.

En l'absence d'indicateurs économiques importants, la séance boursière est animée par l'actualité des fusions-acquisitions.

Atos gagne ainsi 5% après avoir conclu le rachat des activités informatiques de l'américain Xerox.

Club Med, dont la cotation a été suspendue avant l'ouverture, prend 0,6% à 25,05 euros. Le chinois Fosun, comme attendu, a porté son offre d'achat à 24,60 euros par action et son rival italien, Andrea Bonomi, a désormais jusqu'au 7 janvier pour annoncer une éventuelle surenchère.   Suite...

 
Les Bourses européennes évoluent pour la plupart dans le rouge à mi-séance, la hausse du début de matinée s'étant peu à peu estompée. À Paris, le CAC 40 cède 0,09% à 12h20 et à Francfort, le Dax abandonne 0,15%. /Photo prise le 19 décembre 2014/REUTERS/Remote/Pawel Kopczynski