Le chinois Fosun relève à nouveau son offre sur le Club Med

vendredi 19 décembre 2014 19h24
 

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Le milliardaire chinois Guo Guangchang a relevé vendredi son offre sur le Club Méditerranée, poursuivant la féroce bataille qui l'oppose au financier italien Andrea Bonomi pour le contrôle du groupe de loisirs.

Gaillon II, le véhicule d'investissement de Fosun (propriété de Guo Guangchang), propose désormais de racheter le Club à 24,60 euros par action, au lieu des 24,00 euros offerts par Andrea Bonomi, valorisant la société à 939 millions d'euros.

Guo Guangchang et Andrea Bonomi se livrent depuis le printemps une bataille acharnée qui plonge le groupe de loisirs dans une ambiance délétère.

Comme dans sa précédente surenchère, Fosun reste majoritaire dans Gaillon II avec comme associés le tour-opérateur chinois U-Tour, la compagnie d'assurance portugaise Fidelidade, filiale de Fosun, le fonds Ardian et le management du groupe.

L'industriel Nelson Tanure, avec lequel le Club Med doit construire son quatrième village au Brésil, a confirmé qu'il pourrait prendre une participation allant jusqu'à 20% du capital de Gaillon II après la clôture de l'offre.

Par ailleurs, des discussions sont en cours avec d'autres partenaires potentiels, "si besoin", a déclaré le PDG du Club Med, Henri Giscard d'Estaing, lors d'une conférence de presse.

Alors qu'il avait dit vouloir laisser le titre coté en Bourse pour préserver son ancrage français, il a indiqué qu'un retrait de la cote pourrait être envisagé.

"Si les actionnaires, les investisseurs institutionnels décidaient de ne pas rester, il faudrait, faute de liquidité, se retirer de la cote", a-t-il souligné.   Suite...

 
Le PDG du Club Mediterranée, Henri Giscard d'Estaing (à droite), et Qian Jiannong, président de Fosun Tourism & Commercial Group, lors d'une conférence de presse à Paris vendredi. Le milliardaire chinois Guo Guangchang, propriétaire du conglomérat Fosun, a relevé son offre sur le Club Méd, poursuivant la féroce bataille qui l'oppose au financier italien Andrea Bonomi pour le contrôle du groupe de loisirs. /Photo prise le 19 décembre 2014/REUTERS/Charles Platiau