La Banque du Japon, plus confiante, ne modifie pas sa politique

vendredi 19 décembre 2014 12h08
 

par Leika Kihara

TOKYO (Reuters) - La Banque du Japon (BoJ) a laissé vendredi sa politique monétaire inchangée et s'est montrée plus optimiste sur la situation économique du pays, laissant entendre que ses mesures de soutien et la stratégie du Premier ministre, Shinzo Abe, finiraient par inciter les entreprises à augmenter les salaires et l'investissement.

La réunion de politique monétaire de la BoJ était la première depuis la large victoire remportée par Shinzo Abe aux élections législatives de dimanche.

Comme attendu, le comité de politique monétaire de la banque centrale s'est prononcé en faveur du maintien d'un programme de rachats d'actifs de 80.000 milliards de yens (546 milliards d'euros) par an.

Son gouverneur, Haruhiko Kuroda, a déclaré lors d'une conférence de presse que le Japon était en bonne voie pour atteindre l'objectif de 2% d'inflation que s'est fixé la banque centrale pour l'exercice budgétaire qui débutera en avril.

Il a ainsi écarté les craintes d'un impact marqué de la chute des cours du pétrole sur les prix à la consommation.

"Nous faisons des progrès réguliers dans la remise en cause de l'état d'esprit déflationniste de l'opinion publique", a-t-il dit. "Il n'y a rien de changé à notre opinion selon laquelle le Japon verra l'inflation atteindre notre objectif dans une période centrée autour de l'exercice budgétaire 2015."

La BoJ a, contre toute attente, augmenté fin octobre de 30.000 milliards de yens le montant de ses rachats d'actifs risqués et d'obligations d'Etat pour tenter de relancer le crédit, l'activité et surtout les prix et les salaires.

  Suite...

 
Le gouverneur de la Banque du Japon, Haruhiko Kuroda. La BoJ a laissé vendredi sa politique monétaire inchangée et s'est montrée plus optimiste sur la situation économique du pays, laissant entendre que ses mesures de soutien et la stratégie du Premier ministre, Shinzo Abe, finiraient par inciter les entreprises à augmenter les salaires et l'investissement. /Photo prise le 19 décembre 2014/REUTERS/Yuya Shino