Carrefour vend 10% de ses actifs au Brésil avant de les coter

jeudi 18 décembre 2014 18h57
 

PARIS (Reuters) - Carrefour a opté pour une ouverture du capital de sa filiale brésilienne au magnat Abilio Diniz, dans l'attente d'une mise en Bourse qui ne devrait pas intervenir à court terme en raison des conditions de marché.

Confirmant une information rapportée par Reuters mercredi, le distributeur a annoncé jeudi avoir cédé 10% du capital de sa filiale à Peninsula, société d'investissement du milliardaire brésilien, afin de renforcer son ancrage local et doper sa croissance.

Pressé de questions sur une introduction en Bourse annoncée pour l'année 2015, Georges Plassat, PDG de Carrefour, a déclaré que les conditions de marché n'étaient pas aujourd'hui réunies pour une telle opération.

"Nous avons le temps pour décider tranquillement et nous le ferons seulement lorsque ce sera pertinent", a-t-il dit lors d'une conférence téléphonique.

La cession s'est faite pour un montant de 1,8 milliard de reais (525 millions d'euros), valorisant la filiale à 20,4 milliards de reais (environ 6,0 milliards d'euros), un niveau nettement inférieur aux estimations des analystes qui tablaient sur un montant pouvant aller jusqu'à 9,0 milliards d'euros.

"La valorisation est clairement décevante", soulignent ceux de Bryan Garnier, indiquant cependant qu'une alliance avec Abilio Diniz est "ce que Carrefour pouvait souhaiter de mieux compte tenu de sa connaissance du marché et de ses anciennes fonctions à la tête du principal concurrent de Carrefour au Brésil" (GPA, filiale de Casino).

Ce partenariat est jugé pertinent par les investisseurs, même si ses implications sur l'activité semblent limitées, aux dires des analystes de la Société générale.

"Carrefour Brésil est déjà bien géré, détient de solides actifs et affiche une stratégie claire", notent-ils, ajoutant qu'une mise en Bourse constituerait une étape plus importante pour accélérer le développement et révéler la valeur réelle de cet actif.

  Suite...

 
Carrefour a annoncé jeudi une prise de participation de 10%, avec effet immédiat, de la société d'investissement brésilienne Peninsula, présidée par Abilio Diniz, dans sa filiale au Brésil. /Photo d'archives/REUTERS/Paulo Whitaker