Technip bondit après l'abandon du projet CGG, qui plonge

lundi 15 décembre 2014 11h43
 

par Benjamin Mallet

PARIS (Reuters) - Technip enregistre lundi matin la plus forte hausse de l'indice CAC 40 à la Bourse de Paris après avoir renoncé à déposer une offre de rachat sur CGG, même si le groupe continue de vouloir se développer dans le domaine des études de gisements pétroliers.

Technip a annoncé dimanche qu'il n'avait finalement pas l'intention de faire une offre après avoir tenté sans succès de trouver avec CGG une alternative à son projet initial de rachat de 1,47 milliard d'euros, dévoilé le 20 novembre et rejeté par le spécialiste des services et équipements géophysiques.

Alors que des intervenants s'interrogeaient ces dernières semaines sur la logique industrielle de l'opération et redoutaient pour certains une surenchère coûteuse, l'action Technip gagne 6,43% à 49,19 euros à 11h20, après un plus haut à 50,49 euros.

Il s'inscrit largement en tête du CAC 40 (+0,7%) dans des volumes dépassant déjà ceux enregistrés en moyenne sur une séance complète ces trois derniers mois.

Le titre CGG plonge pour sa part de 31% à 4,763 euros dans des volumes représentant près de trois fois et demie ceux enregistrés en moyenne en une séance ces 90 derniers jours.

Il retombe ainsi à des niveaux proches de début novembre lorsque le projet de rachat de l'américain Baker Hughes par Halliburton et l'approche de Technip n'étaient pas connus.

"CGG devrait chuter lourdement puisqu'il est difficile de croire à un prédateur étranger étant donné que l'Etat français est un actionnaire clé du groupe avec environ 19% des droits de vote", a souligné un trader basé à Paris.

Pour Gilbert Dupont, l'annonce de Technip "devrait contribuer à dégonfler pour partie l'intérêt spéculatif dont a bénéficié" ces dernières semaines le titre CGG, qui devrait "revenir à ses fondamentaux, aujourd'hui dégradés par la forte baisse des prix du baril".   Suite...

 
Technip (+6,43% à 49,19 euros à 11h20) enregistre lundi matin la plus forte hausse du CAC 40 à la Bourse de Paris après avoir renoncé à déposer une offre de rachat sur CGG. /Photo d'archives/REUTERS/Jacky Naegelen